Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Un ancien commandant libérien condamné en Suisse pour crime de guerre

Le 18 juin 2021, le Tribunal pénal fédéral suisse a prononcé son jugement dans le procès d’Alieu Kosiah, un ancien commandant du Mouvement uni de libération pour la démocratie au Libéria, ou ULIMO. Kosiah est le premier individu à être jugé pour crimes de guerre devant un tribunal pénal non militaire en Suisse. Human Rights Watch indique qu’il est le premier Libérien à être jugé et déclaré coupable de crimes de guerre commis lors de la première guerre civile libérienne, qui a duré de 1989 à 1996.

« Plus de 20 ans après que les violations ont été commises, les victimes ont joué un rôle vital dans l’obtention du premier verdict de culpabilité pour crimes de guerre perpétrés lors de la guerre civile au Libéria », a déclaré Balkees Jarrah, directrice adjointe du Programme Justice internationale à Human Rights Watch. « Ce verdict est une avancée majeure pour les victimes libériennes et pour le système judiciaire suisse dans leurs efforts pour fissurer le mur de l’impunité. »

La tenue du procès de Kosiah en Suisse a été possible parce que les lois du pays reconnaissent une compétence universelle à ses tribunaux pour certains crimes considérés comme graves au regard du droit international, ce qui permet d’ouvrir des poursuites contre leurs auteurs présumés, quels que soient les lieux où les crimes ont été commis et la nationalité des suspects ou des victimes.

Les autorités ont arrêté Kosiah le 10 novembre 2014 en Suisse, où il vivait depuis 1999, pour son rôle présumé dans des crimes de guerre commis entre 1993 et 1995 dans le Comté de Lofa, dans le nord-ouest du Libéria. Son arrestation a été consécutive au dépôt contre lui de plaintes au pénal par sept citoyens libériens qui avaient été ses victimes et qui se sont joints officiellement à la procédure, en qualité de « parties plaignantes privées ».

Au terme d’une enquête de près de cinq ans, le bureau du procureur général de Suisse a formellement inculpé Kosiah en mars 2019. Les procureurs suisses ont retenu contre lui des chefs d’accusation portant sur divers crimes, notamment d’avoir ordonné le meurtre ou le traitement cruel de civils, des viols et des actes de pillage.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lors d’une réunion extraordinaire du comité central du FPI,  élargie aux élus EDS, lundi 9 août 2021 à Abidjan, Laurent Gbagbo a proposé de « laisser l'enveloppe (le FPI) vide  à Affi N'guessan, pour créer un nouveau parti politique. « Nous sommes le Front Populaire Ivoirien. (...) Aujourd’hui, je suis revenu de...
Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a affirmé qu’au moins 480 civils avaient été tués dans des attaques terroristes djihadistes au Burkina Faso entre mai et août, et qu’elles ont fait au moins 275 000 déplacés. Le Conseil norvégien pour les réfugiés, s’alarme dans un communiqué datant du lundi...
Un vent de renouveau souffle sur la sphère politique ivoirienne. Le 15 septembre, au cours d’une réunion au palais présidentiel, Alassane Ouattara confirmait son intention de refondre son parti politique, le RHDP. Une décision lourde de conséquences pour ses membres. Alassane Ouattara frappe du poing Depuis le début du mois...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...