Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Togo innove pour son secteur industriel

 

Le Togo lance sa première plateforme industrielle à Adetikope. Objectif ; changer de paradigme sur les matières premières et tout transformer sur place.

Adekitope est à une vingtaine de kilomètres de Ouagadougou. C’est là que se situe la première plateforme industrielle du Togo. Le choix de la localisation s’appuie sur un axe qui permet de desservir les pays de l’hinterland et le port en eau profonde. L’investissement budgétaire pour construire une telle plateforme se monte à 130 milliards de francs CFA (200 millions d’euros). La plateforme industrielle fait partie des grands projets d’infrastructure inscrits dans le Plan de développement national (PND).

Dans un partenariat public-privé (PPP), l’État togolais a choisi de s’associer à Arise IIP, qui est une structure-expert du développement des parcs industriels en Afrique. Il s’agit dorénavant pour l’État togolais de transformer les matières premières sur place et de moderniser la filière industrielle.

Stratégie compréhensible quand on sait que l’agriculture occupe 60% de la population active et représente 25% du PIB.

« Nous voulons une agriculture qui nourrisse les populations et qui procure des revenus plus importants », affirme Shegun Bakari, conseiller du président de la république. Plutôt que d’exporter des produits agricoles « bruts », il s’agit de transformer les produits sur place et le PIA est construit de manière à servir cette politique de transformation industrielle.

« La logique de cette politique passe par une augmentation de la production pour aller vers la transformation et une sécurité alimentaire bien installée », a quant à lui déclaré Antoine Gbégbéni, le ministre de l’Agriculture. « Coton, karité, anacarde, soja, nous avons des avantages décisifs à l’exportation sur ces produits. Cependant, pour augmenter la production de ces cultures, il est indispensable de travailler sur les intrants, les semences et les engrais ».

L’objectif est de doubler la production agricole dans les 5 années qui viennent.

Autre enjeu du projet :  assurer l’approvisionnement constant en matières premières. Les gestionnaires de la plateforme industrielle envisagent également une zone neutre en carbone. « 90 % de l’électricité utilisée sera issue d’énergies renouvelables et un programme zéro déchet et de recyclage a été lancé » a précisé Shegun Bakari.

À terme, la zone industrielle se développera sur une superficie de 1 000 hectares. Cette nouvelle ambition devrait permettre de créer 35 000 emplois directs locaux.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...