Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sénégal et tragédie migratoire : Yamila, ivoirienne de 5 ans, morte en mer sur la route des Canaries

Après le décès de leur enfant, les parents qui se trouvent en France sans papiers, souhaitent l’enterrer aux Canaries.

C’est le 29 juin, qu’une nouvelle tragédie est survenue dans les eaux de l’océan Atlantique alors qu’une embarcation était secourue par les sauveteurs en mer. Ceux-ci aidaient 35 personnes, dont 16 femmes et 6 enfants. Partie de Dakhla, le 12 juin, la frêle embarcation où se trouvait Yamila aurait dû arriver selon toute vraisemblance cinq ou six jours plus tard aux Canaries si elle ne s’était pas perdue dans l’océan. Alors que l’embarcation dérivait depuis de 17 jours s en mer, les sauveteurs ont tenté de secourir une petite Ivoirienne de 5 ans, nommée Yamila, qui succombait à un arrêt cardiaque au moment même où on la transportait en hélicoptère vers un hôpital de Las Palmas, sur l’île de Grande Canarie.

Le capitaine de la pirogue et l’organisateur du voyage ont été arrêtés et mis en examen pour « lésions graves »« homicide imprudent » et « incitation à l’immigration clandestine ». Selon les dernières informations, l’embarcation avait à son bord au début du périple, 52 à 60 personnes à bord. Alors que les autorités ont recensé 35 personnes secourues.

Les parents qui résident en France sans papiers souhaitent pouvoir se rendre aux Canaries pour assister aux obsèques de leur fille. L’Espagne s’est dit favorable à leur venue. « Sa mère vit en France et nous sommes en contact avec les autorités françaises pour permettre qu’[elle] puisse venir à l’enterrement de sa fille » a déclaré le 1er juillet, le secrétaire d’État aux migrations.

La France doit apporter une réponse dans les jours qui viennent. « C’est une question qui m’est posée que j’essaierai de régler le mieux possible, a déclaré le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le 9 juillet, lors d’une visite à Madrid. Il y a à la fois un drame humain et des complexités juridiques. Je ne règle pas les complexités juridiques avec de l’émotion, mais en même temps, les complexités juridiques ne signifient pas qu’il faut évacuer l’émotion et le drame. »

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement ivoirien a relancé le projet d’adressage de la ville d’Abidjan. Mardi 24 janvier 2023, une convention cadre de partages de données a été a été signée au ministère de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme, pour le démarrage des activités nécessaires à la réalisation de ce projet....
Un homme accusé du meurtre de trois casques bleus guinéens, commis en 2019 dans le sud-ouest de Bamako, a été reconnu coupable et condamné à la peine de mort par le tribunal. Mercredi 25 janvier 2023, la Minusma (Mission de l'Organisation des Nations unies au Mali) a annoncé la condamnation...
Vingt-sept personnes ont été tuées par une "bombe" dans le centre du Nigeria, selon la police. Une information contredite par une association d'éleveurs de bétail qui parle, elle, d'une frappe aérienne de l'armée. Une "enquête approfondie" a été réclamée. Que s'est-il réellement passé mercredi 25 janvier 2023 dans le village...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

Notice: Undefined index: stream in /var/www/virtual/tribuneouest.com/htdocs/wp-content/plugins/like-box/includes/widget.php on line 32