Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Au Bénin, l’érosion maritime recule
benin lerosion maritime recule - TribuneOuest

Au Bénin, la construction de grands épis a fini par faire reculer l’océan de 150 à 180 mètres en moyenne. Une idée qui permet aux riverains du littoral de vivre en sécurité.

L’homme a pris un peu d’avance sur l’océan. A l’Est de Cotonou, au Bénin, des grands épis se dessinent sur les plages et se jettent dans la mer. Ces épis permettent de faire reculer la mer, protégeant ainsi les habitants.

Un bras de fer entre l’Homme et la Mer

L’océan est depuis des années dangereux pour le littoral de cette région du Bénin. Selon Philippe Zoumenou, coordinateur des programmes de protection du littoral contre l’érosion côtière au Bénin : « Le danger était réel. Des habitants ont été emportés pendant leur sommeil et sont morts noyés. Lors des grandes marées, les quartiers, entièrement inondés, pouvaient rester isolés du reste de la ville pendant plusieurs jours ».

Impossible de savoir, in fine, combien d’immeubles, de maisons et de gens ont été emportés par les vagues.

Des vagues et des hommes

La construction du port de Cotonou, en 1964, a entraîné une accrétion du sable, en amont, à l’ouest du port et une érosion en aval, à l’est. Ce port béninois, le troisième plus important d’Afrique de l’Ouest après ceux de Lagos et d’Abidjan, génère 60 % du PIB du pays. Or, cette érosion maritime atteint « une vitesse moyenne de dix mètres par an », selon Philippe Zoumenou.

Les premières études autours du phénomène d’érosion à l’Est de Cotonou ont été réalisées en 2003, et les travaux ont démarré en 2012. Huit épis pouvant mesurer, pour certains, jusqu’à 300 mètres de long avaient alors été construits sur plus d’un kilomètre, soit 4,5 millions de mètres cubes de pierre, et 600 mètres de digue immergée. « De forme trapézoïdale pour casser la puissance des vagues, ils sont constitués d’un enrochement de quelque 60 000 tonnes de pierres de différentes tailles » rapportent nos confrères du Monde.

« Près de 150 hectares de plages ont été reconstitués pour un montant total de 53 milliards de francs CFA (environ 81 millions d’euros) », précise Philippe Zoumenou.

Un projet de création d’un complexe touristique grâce à la construction de quatre nouveaux épis est actuellement dans les tuyaux. Mais des habitants de Cotonou contestent ce projet, qui, même s’il développerait l’économie touristique, ne prendrait pas assez en considération la sécurité de ces riverains.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...