Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Nigeria adopte enfin une réforme pétrolière
nigeria adopte enfin reforme petroliere - TribuneOuest

Après quinze années d’attente et de négociations, le Nigeria, qui compte plus de 210 millions d’habitants, vient finalement d’adopter une réforme pétrolière. Premier producteur de pétrole d’Afrique (1,9 millions de barils sont exportés chaque jour), le Nigeria est en difficulté depuis la crise sanitaire et a vu chuter considérablement son PIB. Le pétrole représente habituellement 90 % des revenus du pays.

Le jeudi 1er juillet 2021, les deux chambres au Parlement du Nigeria ont fini par adopter une réforme du secteur pétrolier qui était attendue depuis 2008. Ce projet au long court a alimenté, pendant des années, les tensions entre le gouvernement et les différentes compagnies de pétrole implantées au Nigeria.

« Un moment historique »

Ola Awoniyi, porte-parole du Sénat s’est félicité de ce « moment historique », en déclarant : « C’est un évènement important pour l’Assemblée nationale en place, après des années de retard ».

Fémi Gbajabiamila, Président de l’Assemblée nationale actuelle, s’est lui aussi réjoui : « Il faut souligner comme cette journée est importante. Cela fait près de vingt ans que nous attendions cela. »

Cette loi ambitionne de donner un cadre légal et fiscal à l’industrie nigériane du gaz et du pétrole, d’après nos confrères du Monde. Elle s’articule autour de trois axes principaux : un encadrement plus strict de la fiscalité, une meilleure distribution des richesses, et la transformation de la Nigeria National Petroleum Corporation (NNPC), en une société commerciale. Selon nos confrères du Monde, cette NNPC est « réputée être la caisse noire de l’État ».

Trois axes vers plus d’équité ?

Le Parlement doit encore peaufiner le texte de loi, notamment sur « la part de redistribution aux communautés qui habitent dans les zones d’extraction ». Ces pourcentages de redistribution ne conviennent d’ailleurs pas à tous : initialement les compagnies pétrolières devaient verser 2,5 % de leurs dépenses. Ce pourcentage devrait être réévalué entre 3 et 5 % selon Ola Awoniyi.

Le Mouvement pour la survie du peuple ogoni (Mosop), groupe créé par les représentants des populations ogonis, dans le sud du Nigeria, pour défendre leurs intérêt face aux compagnies pétrolières (en particulier Shell) et le gouvernement nigérian, milite toujours pour porter ce pourcentage à 25%. Bien que critiquée, cette loi devrait permettre de mettre fin à l’incertitude réglementaire pesant sur le secteur pétrolier.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...