Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : Focus sur le dossier de l’esclavage toujours aussi insidieux
Mauritanie esclavage IRA

Retour sur un fléau qui gangrène la Mauritanie contre vents et marées. Et cela, depuis trop longtemps. Entre déni gouvernemental et répression, le militant anti-esclavagiste, Biram Dah Abeid, multiplie les initiatives pour inverser cette triste tendance.

Alors que le président mauritanien, Mohamed Ahmed El-Ghazouani, avait défrayé le chronique en novembre 2019 en défendant la lutte menée par Nouakchott à l’encontre du fléau esclavagiste qui gangrène le pays – le leader du mouvement abolitionniste, Biram Dah Abeid, était immédiatement monté au créneau pour remettre les points sur les i dans ce dossier. Et cela, lors lors d’un meeting cinglant organisé dans la capitale relayé par RFI.

« Je suis d’accord avec le chef de l’Etat quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise pas l’esclavage dans ses lois modernes. Mais la Constitution stipule que la source de la loi en République islamique de Mauritanie, c’est la charia. Et la charia islamique veut dire ici rite malékite. (Dans les faits), le rite malékite légitime non seulement l’esclavage mais il le codifie et le sacralise ! »

Langue de bois

Face à ce déni étatique, l’intéressé (engagé sous la bannière du parti Sawab; une alliance qui lui permet d’aligner des candidats lors des différentes échéances électorales NDLR) avait demandé à l’ONU d’ouvrir une enquête en la matière.

Et pour cause, la position de l’Etat sur cette triste réalité peut laisser perplexe, puisque outre son abolition en 1981, ce dernier a également érigé l’esclavage au rang de crime contre l’humanité, en vertu d’une loi votée en août 2015. Un texte sensé sanctionner  les contrevenants à des peines pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement, contre 5 à 10 ans auparavant.

Néanmoins, dans les faits, les résultats demeurent aux abonnés absents, puisque 43 000 personnes subissaient encore les conséquences de l’esclavage en 2016. Soit environ 1% de la population totale, souligne un rapport d’Amnesty International. Un chiffre qui continuera à prospérer, donc, faute d’une réelle volonté gouvernementale d’inverser la tendance.

 « Les lois n’ont pas été mises en œuvre ni appliquées de manière adéquate. En conséquence, ces textes n’ont vraiment eu aucune incidence sur la vie des gens », pestait ainsi en mars 2019 Alioune Tine, le directeur de l’organisation pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Quant à François Patuel, chercheur pour l’Afrique de l’Ouest, ce dernier tirait à boulets rouges sur la langue de bois des autorités « qui ont choisi de s’en prendre à ceux qui s’opposent au discours officiel ».

Les Mauritaniens main dans la main pour défendre les droits des Haratins

Pour rappel, les Mauritaniens ont défilé en masse au printemps 2019 pour dénoncer le sort réservé par l’Etat aux descendants d’esclaves. La société civile défendait ainsi l’égalité d’accès aux droits sociaux, politiques et économiques des Haratins.

Ces descendants d’esclaves noirs – amenés des régions subsahariennes par les marchands arabes ou berbères, ou issus de la période d’esclavagisme du monde arabo-musulman – sont en effet largement marginalisés par les élites locales.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lors d’une réunion extraordinaire du comité central du FPI,  élargie aux élus EDS, lundi 9 août 2021 à Abidjan, Laurent Gbagbo a proposé de « laisser l'enveloppe (le FPI) vide  à Affi N'guessan, pour créer un nouveau parti politique. « Nous sommes le Front Populaire Ivoirien. (...) Aujourd’hui, je suis revenu de...
Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a affirmé qu’au moins 480 civils avaient été tués dans des attaques terroristes djihadistes au Burkina Faso entre mai et août, et qu’elles ont fait au moins 275 000 déplacés. Le Conseil norvégien pour les réfugiés, s’alarme dans un communiqué datant du lundi...
Un vent de renouveau souffle sur la sphère politique ivoirienne. Le 15 septembre, au cours d’une réunion au palais présidentiel, Alassane Ouattara confirmait son intention de refondre son parti politique, le RHDP. Une décision lourde de conséquences pour ses membres. Alassane Ouattara frappe du poing Depuis le début du mois...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...