Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire – En attendant Gbagbo et Blé

Blanchis par la CPI, à l’issue d’un procès qui a duré 8 ans, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé s’apprêtent à retrouver la Côte d’Ivoire, après 10 années d’absence. En attendant, l’atmosphère politique tend à se détendre.

« Je souhaite qu’il rentre après la décision d’appel. Mais tout cela sera réglé en temps opportun », avait confié le président ivoirien, Alassane Ouattara, à RFI et France 24, en octobre 2020.

Mercredi 7 avril 2021, à l’ouverture du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement formé la veille, Alassane Ouattara a fait savoir que les deux ex-détenus de la CPI « sont libres de rentrer en Côte d’Ivoire quand ils le souhaitent ». Il a indiqué qu’à cet effet, « des dispositions seront prises pour que Laurent Gbagbo bénéficie, conformément aux textes en vigueur, des avantages et indemnités dus aux anciens présidents de la République ». Aussi, selon le chef de l’État ivoirien, le rapatriement de l’ancien pensionnaire de la CPI et des membres de sa famille se fera aux frais de la Côte d’Ivoire.

Vendredi 30 avril, 6 cadres du Front populaire ivoirien proche de Laurent Gbagbo, réfugiés au Ghana depuis la chute de leur mentor, sont arrivés à Abidjan. Justin Katinan Koné, Damana Adia Pikass, Tahi Zué Étienne, Jeannette Koudou, Véhi Tokpa et Innocent Kouabena Abouo, mettent ainsi fin à 10 ans d’exil en foulant le sol ivoirien.  « L’acquittement définitif du Président Laurent GBAGBO et du ministre Charles Blé Goudé, prononcé par la chambre d’appel de la Cour Pénale Internationale le 31 mars 2021, et leur retour imminent au pays marquent un pas important vers la réconciliation et la Paix en Côte d’Ivoire. Ce mouvement de réconciliation nationale a besoin de l’adhésion de tout le monde. 

Pour témoigner de son engagement total à cette dynamique de réconciliation nationale, la direction du Parti, en accord avec la Coordination du FPI en exil, encourage le retour au pays des militants et sympathisants du Parti ainsi que ceux des partis alliés encore en exil. Ce mouvement de retour se déroulera progressivement suivant la procédure de rapatriement volontaire du HCR », peut-on lire dans un communiqué du FPI signé du Dr. Assoa Adou, Secrétaire Général du parti.

Le gouvernement a réagi par la voix de son porte-parole, Amadou Coulibaly : « Nous sommes informés que ces personnes doivent rentrer comme tous ceux qui sont rentrés précédemment et dont le retour a été encadré par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) », a-t-il confié à la presse.

Les 28 et 29 avril, Édith Pulchérie Gbalet et plusieurs autres inculpés ont été mis en liberté. La Présidente d’Alternative citoyenne, une association de la société civile, a été incarcérée dans le cadre des manifestations contre la candidature d’Alassane Ouattara, qui briguait un troisième mandat jugé anticonstitutionnel. Arrêtée dans la nuit du 15 au 16 août 2020, la présidente d’Alternative citoyenne  a été déférée, avec trois de ses collègues , à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), le 19 Août 2020. Poursuivie pour « insurrection, troubles à l’ordre public, violences et voies de faits », elle bénéficie d’une liberté provisoire sous contrôle judiciaire, après 8 mois de détention.

La militante de la société civile qui hume l’air de liberté depuis quelques heures, a donné une conférence de presse ce jour à Abidjan. Édith Pulchérie Gbalet  « espère que ce dernier mandat (le mandat d’Alassane Ouattara – ndlr) qui a fait tant de victimes, sera le meilleur pour une vraie réconciliation. »

Jeudi 29 avril, à l’occasion d’une cérémonie au siège du  PDCI-RDA à Abidjan, Henri Konan Bédié, le président du parti, a dénoncé le sort des militants de l’opposition emprisonnés et s’est montré optimiste quant à leur libération : «  L’engagement pour le non à la violation de notre Constitution par  un troisième mandat présidentiel a coûté la vie а une centaine de nombreux soeurs et frères ou les a privé de leurs capacités physiques. Aujourd’hui encore, des centaines de jeunes, des responsables d’associations, de la société civile, des responsables politiques sont emprisonnés dans des conditions qui ne respectent les Droits de l’Homme. (…)

Je voudrais saluer tous nos compatriotes pour leur grande mobilisation et pour l’élan de solidarité, votre soutien en faveur de toutes ces familles. Cette mobilisation et votre solidarité constante a notamment permis d’obtenir la libération d’une partie de nos compatriotes emprisonnés dont Pulchérie Gbalet. J’ai la conviction que de nombreuses autres vont suivre dans les prochains jours afin d’engager ce dialogue tant attendu », a-t-il déclaré entre autres. 

Vendredi 30 avril, l’annonce de la libération de Justin Koua, 1er Secrétaire Général Adjoint et porte-parole du FPI proche de Laurent Gbagbo, a fait le tour des réseaux sociaux, avant d’être démentie par son avocat, Me Ange-Rodrigue Dadjé : «  Koua Justin est, à ce jour, détenu au Camp pénal de Bouaké. Il n’a pas été libéré de prison », a-t-il précisé sur sa page Facebook. Justin Koua est un administrateur des services financiers. Il a été arrêté le 16 septembre 2020 à Korhogo, ville où il était en poste à la Direction régionale des Impôts. Il est accusé de « troubles à l’ordre public, incitation à l’insurrection populaire, complicité de destructions de biens d’autrui et de bâtiments administratifs commis courant août et septembre 2020. »

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lors d’une réunion extraordinaire du comité central du FPI,  élargie aux élus EDS, lundi 9 août 2021 à Abidjan, Laurent Gbagbo a proposé de « laisser l'enveloppe (le FPI) vide  à Affi N'guessan, pour créer un nouveau parti politique. « Nous sommes le Front Populaire Ivoirien. (...) Aujourd’hui, je suis revenu de...
Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a affirmé qu’au moins 480 civils avaient été tués dans des attaques terroristes djihadistes au Burkina Faso entre mai et août, et qu’elles ont fait au moins 275 000 déplacés. Le Conseil norvégien pour les réfugiés, s’alarme dans un communiqué datant du lundi...
Un vent de renouveau souffle sur la sphère politique ivoirienne. Le 15 septembre, au cours d’une réunion au palais présidentiel, Alassane Ouattara confirmait son intention de refondre son parti politique, le RHDP. Une décision lourde de conséquences pour ses membres. Alassane Ouattara frappe du poing Depuis le début du mois...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...