Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Conflit maritime : focus sur l’accord de pêche en cours entre le Sénégal et la Mauritanie
Conflit maritime : Focus sur l'accord de pêche en cours entre le Sénégal et la Mauritanie

Dakar et Nouakchott ont trouvé un terrain d’entente en juillet 2018 afin de permettre aux pêcheurs sénégalais d’exercer sereinement dans les eaux mauritaniennes. Les ministres sénégalais et mauritanien de la Pêche, Oumar Guèye et Nani Ould Chrougha, ont officialisé cet accord durant le 31ème sommet de l’Union africaine dans la capitale mauritanienne.

Il était en effet urgent que les deux gouvernements s’entendent sur une problématique au combien épineuse puisque le précédent accord, arrivé à son terme il y a deux ans et demi, n’avait pas été reconduit. Et cela, en raison de la réglementation mauritanienne obligeant les pêcheurs sénégalais depuis 2015 à abandonner leurs prises récupérées dans les eaux territoriales de l’Etat voisin.

De plus, Nouakchott avait fini par tourner le dos au quota annuel de pêche de 50 000 tonnes de poissons accordé auparavant au Sénégal. Face à ce creux législatif, les pêcheurs sénégalais réfractaires ont fini par travailler illégalement – non sans heurt – car les garde-côtes mauritaniens ont abattu le 27 janvier 2018 un jeune sénégalais du nom de Serigne Fallou. Ce fait divers a ainsi largement participé à ranimer les braises du litige.

Un accord renouvelable chaque année

Pour autant, les deux nations peuvent désormais regarder devant. Le nouvel accord, d’une durée d’un an renouvelable, permet en effet aux pêcheurs sénégalais « de bénéficier de 400 licences pour capturer 50 000 tonnes de poissons pélagiques en haute mer », relaie Jeune Afrique.

« Soit les mêmes conditions que précédemment puisque l’accord initial – conclu en 2001 et renouvelé ensuite d’année en année jusqu’en 2016 – a été modifié en 2014 pour faire passer les quotas de 300 licences pour 40 000 tonnes de poissons à 400 licences et 50 000 tonnes de poissons. »

Néanmoins, il est important de noter que Dakar a choisi en retour d’accepter l’obligation de débarquement systématique des produits en Mauritanie.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...