Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Conflit maritime : focus sur l’accord de pêche en cours entre le Sénégal et la Mauritanie
Conflit maritime : Focus sur l'accord de pêche en cours entre le Sénégal et la Mauritanie

Dakar et Nouakchott ont trouvé un terrain d’entente en juillet 2018 afin de permettre aux pêcheurs sénégalais d’exercer sereinement dans les eaux mauritaniennes. Les ministres sénégalais et mauritanien de la Pêche, Oumar Guèye et Nani Ould Chrougha, ont officialisé cet accord durant le 31ème sommet de l’Union africaine dans la capitale mauritanienne.

Il était en effet urgent que les deux gouvernements s’entendent sur une problématique au combien épineuse puisque le précédent accord, arrivé à son terme il y a deux ans et demi, n’avait pas été reconduit. Et cela, en raison de la réglementation mauritanienne obligeant les pêcheurs sénégalais depuis 2015 à abandonner leurs prises récupérées dans les eaux territoriales de l’Etat voisin.

De plus, Nouakchott avait fini par tourner le dos au quota annuel de pêche de 50 000 tonnes de poissons accordé auparavant au Sénégal. Face à ce creux législatif, les pêcheurs sénégalais réfractaires ont fini par travailler illégalement – non sans heurt – car les garde-côtes mauritaniens ont abattu le 27 janvier 2018 un jeune sénégalais du nom de Serigne Fallou. Ce fait divers a ainsi largement participé à ranimer les braises du litige.

Un accord renouvelable chaque année

Pour autant, les deux nations peuvent désormais regarder devant. Le nouvel accord, d’une durée d’un an renouvelable, permet en effet aux pêcheurs sénégalais “de bénéficier de 400 licences pour capturer 50 000 tonnes de poissons pélagiques en haute mer”, relaie Jeune Afrique.

“Soit les mêmes conditions que précédemment puisque l’accord initial – conclu en 2001 et renouvelé ensuite d’année en année jusqu’en 2016 – a été modifié en 2014 pour faire passer les quotas de 300 licences pour 40 000 tonnes de poissons à 400 licences et 50 000 tonnes de poissons.”

Néanmoins, il est important de noter que Dakar a choisi en retour d’accepter l’obligation de débarquement systématique des produits en Mauritanie.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lors d’une réunion extraordinaire du comité central du FPI,  élargie aux élus EDS, lundi 9 août 2021 à Abidjan, Laurent Gbagbo a proposé de « laisser l'enveloppe (le FPI) vide  à Affi N'guessan, pour créer un nouveau parti politique. « Nous sommes le Front Populaire Ivoirien. (...) Aujourd’hui, je suis revenu de...
Le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) a affirmé qu’au moins 480 civils avaient été tués dans des attaques terroristes djihadistes au Burkina Faso entre mai et août, et qu’elles ont fait au moins 275 000 déplacés. Le Conseil norvégien pour les réfugiés, s’alarme dans un communiqué datant du lundi...
Un vent de renouveau souffle sur la sphère politique ivoirienne. Le 15 septembre, au cours d’une réunion au palais présidentiel, Alassane Ouattara confirmait son intention de refondre son parti politique, le RHDP. Une décision lourde de conséquences pour ses membres. Alassane Ouattara frappe du poing Depuis le début du mois...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...