Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : un militant athée en prison depuis un an sans avoir été jugé, ni inculpé

Mubarak Bala est en prison depuis an pour cause de blasphème ;  il est incarcéré sans avoir été jugé ni inculpé.

Mubarak Bala est un militant athée accusé d’avoir critiqué le prophète musulman sur le réseau social Facebook. Monsieur Bala est incarcéré dans une prison du nord du Nigéria depuis un an.

Arrêté le 28 avril 2020, Mubarak Bala est détenu sans avoir été jugé, ni inculpé. Il lui est reproché d’avoir critiqué le prophète musulman. Pour un tel acte de blasphème, Mubarak Bala encourt la peine de mort.  Le nord musulman du Nigéria est particulièrement conservateur et la charia est appliquée parallèlement au droit commun.

Ingénieur dans une compagnie électrique dans l’Etat de Kaduna, Mubarak Bala, 36 ans, est président de l’Association des humanistes du Nigeria, une organisation qui se décrit comme « la voie de l’humanisme au Nigeria ».

C’est à l’âge adulte que Mubarak Bala cesse de croire en Dieu et décide de lutter contre les mouvements salafistes extrémistes qui gangrènent le nord du pays et les églises chrétiennes évangéliques dans le sud. « Il essayait de changer les dynamiques dans le nord, explique Leo Igwe, un défenseur des droits humains et fondateur de l’association humaniste. Il disait même qu’il allait se présenter aux élections. »

L’activisme dont fait preuve Mubaral Bala heurte les religieux, dont le pouvoir et l’influence sont prépondérants dans le nord du pays « Il était en train d’inspirer un mouvement et les gens commençaient à s’inquiéter » déclare Léo Igwe.

En mai 2020, ses avocats ont introduit une demande auprès de la Haute Cour fédérale d’Abuja pour demander sa libération. Et même si en décembre la cour a ordonné la libération sous caution : les mots n’ont pas été suivis de faits et M. Mubarak Bala est toujours incarcéré. « Le refus d’obéir à l’ordonnance du tribunal est mal intentionné et illégal », déclare James Ibor, l’un de ses avocats.

Le rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de religion, Ahmed Shaheed, a déclaré être « très préoccupé par la persécution des personnes non religieuses au Nigeria ». Dans les pays où « les lois de la charia sont maintenues en parallèle plutôt que d’être subordonnées aux juridictions de droit commun, nous constatons des violations très fréquentes et préoccupantes des droits fondamentaux », toujours selon M.  Ahmed Shaheed.

Source : Le Monde Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...