Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Après le décès de Idriss Déby, les dirigeants africains lui rendent hommage

De nombreux homologues-dirigeants de Idriss Déby, décédé le 19 avril, saluent la mémoire de l’homme, du stratège, de l’homme d’État.

La mort du président tchadien Idriss Déby suscite une vive émotion, notamment dans les pays sahéliens engagés aux côtés du Tchad dans la lutte contre les groupes djihadistes. Est saluée dans les hommages la stature de stratège militaire, « personnellement engagé » dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. 

Idriss Déby est mort le 19 avril des suites de blessures reçues au combat contre des rebelles.

Le décès du dirigeant tchadien « est une lourde perte, non seulement pour son pays, le Tchad, pour lequel il est allé jusqu’au sacrifice suprême, mais aussi pour la région sahélienne et l’Afrique », a déclaré Bah N’Daw, le président de la transition au Mali.

Un deuil de trois jours a été décrété sur l’ensemble du territoire national malien à partir de mercredi ; témoignant du respect du Mali pour le défunt.

A l’instar du président malien d’autres chefs d’Etats ont rappelé dans les hommages « l’engagement » de M. Déby en faveur de la sécurité dans la sous-région. Le président du Burkina Fasso, Roch Marc Christian Kaboré a salué « la mémoire d’un frère, d’un grand panafricaniste, engagé avec conviction et détermination dans la lutte contre le terrorisme dans le bassin du lac Tchad et au Sahel ».

Au Niger, Mohamed Bazoum fait savoir sa « grande émotion », en apprenant le décès du leader tchadien mentionnant « l’engagement personnel » du maréchal « dans la lutte contre le terrorisme et pour la stabilisation de l’espace sahélo-saharien ».

Le G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Niger et Tchad), dont M. Déby assurait actuellement la présidence, a rendu souhaité hommage au « leadership » du dirigeant qui « s’est notamment traduit par l’adoption de la Stratégie pour le développement et la sécurité (SDS), document de référence ayant donné sens et cohérence à l’action des cinq Etats membres ».

L’émotion à la disparition du leader tchadien ne concerne pas uniquement les pays voisins du Tchad. Ainsi Louise Mushikiwabo, secrétaire générale l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), a tenu à honorer « la mémoire d’un grand homme pleinement dédié à sa patrie et à la sécurité du continent ».

De même que le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est dit « profondément attristé par la nouvelle », insistant sur le rôle de « partenaire essentiel » qu’a tenu M. Déby pour les Nations unies au Sahel.

Source : Le Monde Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...