Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : des attaques djihadistes font fuir 65 000 personnes du nord-est du pays

Selon les Nations unies, le Nigeria doit faire face à un exode massif de populations fuyant les attaques djihadistes.

Des djihadistes du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO) ont attaqué à deux reprises la semaine dernière, la ville de Damasak, à la frontière entre le Nigeria et le Niger. Les attaquants s’en sont pris à de nombreux bâtiments, des postes de police, une clinique et les bureaux du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), brûlant, détruisant et pillant les édifices.

« A la suite de la dernière attaque, survenue mercredi 14 avril, (…) près de 80 % de la population totale de la ville, qui inclut à la fois les habitants et les déplacés, a été contrainte de partir », a déclaré Babar Baloch, porte-parole du HCR.

Ce sont donc plus de 65 000 personnes qui ont fui la ville de Damasak, située dans le nord-est du pays a annoncé le 16 avril l’Organisation des Nations unies (ONU). La ville s’est vidée de presque tous ses habitants.  Les populations ont fui vers Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, où réside déjà un million de personnes réfugiées. D’autres se sont rendu vers Diffa, au Niger.

Les personnes qui vivaient à Damasak dépendaient essentiellement de l’aide humanitaire.  Laquelle a a été dans l’obligation de fuir également, comme l’indique Jean-François Riffaud, le directeur général d’ACF : « Le personnel des ONG a réussi à se cacher et à s’échapper de la ville », a déclaré Action contre la faim (ACF).  « Mais à la suite de recherches menées de porte en porte par les groupes armés, leurs maisons personnelles ont été incendiées, ce qui démontre un niveau sans précédent de ciblage des travailleurs humanitaires. »« La détérioration de la situation en matière de sécurité a maintenant atteint son paroxysme », a déclaré Jean-François Riffaud.

Depuis 2009, date du début de la rébellion du groupe islamiste radical Boko Haram le conflit a fait près de 36 000 morts et 2 millions de déplacés. En 2016, le groupe initial s’était fracturé en deux groupes distincts entre la faction historique et l’EIAO, reconnu par le groupe Etat islamique.

Source : Le Monde Afrique

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...