Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nouveau créneau pour la scène artistique ghanéenne : plateformes numériques, blockchain et NFT

Dorénavant les « jetons non fongibles », une technologie qui permet d’authentifier une œuvre numérique,  permettent d’ouvrir un nouveau marché de l’art pour les crypto-artistes.

L’art contemporain ghanéen a émergé depuis quelques temps sur la scène internationale grâce à des artistes comme Amoako Boafo, plasticien qui a inspiré la collection printemps-été de Dior Homme ; et Serge Attukwei Clottey, connu pour ses tapisseries faites de plastique de jerrycans de récupération. Pour autant le Ghana ne compte que quelques galeries et le marché de l’art souffre notamment en raison de la crise sanitaire due au Covid19.

Le salut de la scène artistique africaine et plus encore ghanéenne apparaît sous un jour inédit.

KnownOrigin et d’autres plateformes d’art numérique comme SuperRare ou MakersPlace vendent en monnaies virtuelles des titres de propriété sous forme de NFT. NFT signifie « non-fungible token » (jeton non fongible, en français). Ce sont des actifs numériques qui permettent d’acquérir des œuvres d’art immatérielles en fournissant un système de certification infaillible et infalsifiable grâce à la blockchain. « L’exploit de la blockchain, c’est d’être parvenu à transférer le concept d’authentification à l’œuvre numérique alors qu’il était auparavant réservé à l’art traditionnel » explique ainsi Ahmed Partey, pionnier des crypto-artistes ghanéens.

La révolution de la blockchain a modifié les règles du jeu pour les crypto-artistes.  Avant une œuvre numérique était téléchargeable et reproductible à l’infini, sans moyen d’en retracer l’origine. Ce n’est plus le cas avec la blockchain et les NFT : « Si un collectionneur veut acheter mon œuvre, la blockchain peut désormais lui certifier qu’il s’agit bien de l’original et c’est cette authentification qui fait sa valeur » explique Ahmed Partey.

Le marché des NFT est un marché naissant, qui n’a pas encore révélé tout le potentiel de biusiness qui peut être le sien. Et les collectionneurs se n’y trompent pas. Pour exemple, le 11 mars, une mosaïque numérique réalisée par l’artiste américain Beeple  « Everydays : the First 5 000 Days » s’est vendue 69,3 millions de dollars (58,2 millions d’euros) chez Christie’s.

De même le 30 mars, un tableau du ghanéen David Alabo, « Incendies » a été mis aux enchères sur la plateforme KnownOrigin, une galerie virtuelle où l’art numérique se vend. Six heures après l’œuvre était vendue pour trois ethers, l’équivalent de 4 979 euros dans cette crypto-monnaie. David Alabo fut lui-même surpris et pense qu’ « avec les crypto-monnaies, on tient le moyen de montrer une autre facette de la jeunesse africaine, honnête et talentueuse. ».

Source : Le Monde Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis 2015, quelques 2 000 personnes sont décédées dans des attaques terroristes djihadistes qui se multiplient, au Burkina Faso. Les burkinabés n’en peuvent plus et appellent le président Roch Marc Christian Kaboré, qu’ils estiment ne pas être à la hauteur pour faire reculer ces attaques, à la démission. Au Burkina...
Au Burkina Faso, à une trentaine de kilomètres au nord-est de Ouagadougou, un convoi militaire français est empêché de circuler depuis une semaine environ, par des manifestants burkinabés. Le gouvernement « travaille » à faire repartir le convoi. Le gouvernement du Burkina Faso a indiqué ce mercredi 24 novembre 2021...
Une nouvelle attaque meurtrière a fait une vingtaine de morts, dont neuf gendarmes, dans le nord du Burkina Faso, ce dimanche 21 novembre 2021. Un massacre qui intervient une semaine après un celui de Inata où 57 personnes, dont 53 gendarmes, avaient été tués. Week-end rouge encore dans le nord...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...