Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : Le parti présidentiel remporte l’élection législative qui s’est déroulée dans un climat apaisé

Le  peuple était appelé à élire les députés, samedi 6 février 2021. 1.500 candidats ont sollicité les voix des Ivoiriens. D’après les résultats définitifs proclamés par la commission électorale indépendante, mardi 9 mars 2021, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix ( RHDP), le parti au pouvoir, a raflé 137 sièges sur 254, à l’ Assemblée nationale, à l’issue de cette élection dont le taux de participation est  de 37,88 %,. Selon le président de la commission électorale indépendante, Coulibaly-Kubiert Ibrahime, il y a eu 7 359 399 personnes inscrites sur la liste électorale pour 2 788 022 votants. Les suffrages exprimés sont de 2 705 838.

Sans surprise, le parti présidentiel remporte la majorité absolue avec 53.93% des sièges. Il est vainqueur dans 106 circonscriptions sur 205, et a obtenu 137 sièges sur 254. Mais le RHDP est en régression comparativement à la dernière mandature. Il perd 30 députés sur les 167 que comptait son groupe parlementaire. En outre, il n’atteint pas la majorité qualifiée des trois-quarts des députés, soit 170 sièges.

Cette élection qui s’est déroulée dans un climat apaisé, contrairement à la présidentielle d’octobre 2020, marque le retour des partisans de l’ex-président Laurent Gbagbo à l’hémicycle après 10 ans d’absence. En effet, à la suite de l’arrestation et du transfèrement de l’ex-président à la cour pénale internationale, à La Haye, le FPI de Gbagbo n’a participé à aucun scrutin organisé sous la présidence d’Alassane Ouattara. Le parti a boycotté toutes les élections.

Pour son premier mandat parlementaire, Michel Gbagbo, le fils de Laurent Gbagbo, a été élu dans la légendaire commune de Yopougon, une agglomération réputée proche de l’opposition. « Nous allons les battre. Yopougon c’est chez nous, c’est chez Gbagbo », avait déclaré le candidat EDS lors du lancement  de la campagne, samedi 27 février, à la place FICGAYO, à Yopougon.  

Au sortir du vote, la liste PDCI-EDS, composée entre autres  de Michel Gbagbo, Armand Ouégnin et Dja Houphouët, le petit-fils de Félix Houphouët Boigny, a remporté 47,20% des suffrages contre 46,69% pour la liste RHDP conduite par le ministre Gilbert Koné Kafana, le député sortant. Le RHDP perd ainsi ses 6 sièges à Yopougon, au profit  de l’opposition qui a gagné du terrain. Le FPI de Gbagbo a décroché 8 circonscriptions et 8 sièges. Le PDCI-RDA, son allié, a obtenu 19 circonscriptions et 23 sièges. Les listes présentées par la coalition des deux partis ont remporté 38 circonscriptions et 50 sièges. Ils totalisent donc 81 élus. Le FPI de Pascal Affi N’guessan a obtenu  2 circonscriptions et 2 sièges. La coalition Ensemble pour bâtir (FPI de Pascal Affi N’guessan, Udpci et Cojep), a remporté 7 circonscriptions et 8 sièges. Les indépendants gagnent 24 circonscriptions et 26 sièges. L’opposition remporte, en tout, 91 sièges. Un siège n’a pas encore été pourvu, pour cause de décès d’une candidate, dans la circonscription de Tortiya.

Réagissant au scrutin, Adama Bictogo, le directeur exécutif du RHDP, donné victorieux à Agboville, s’est réjoui de la performance de son parti. Le député sortant, dont l’élection est contestée par la candidate EDS, Fleur Aké N’gbo, a assuré que le RHDP aura d’autres sièges, avec le ralliement de certains candidats indépendants. 

« Je voudrais noter que sur les 26 indépendants,  il y a 16 délégués délégués départementaux du Rhdp qui se sont fait élire. On peut considérer ces élus comme faissant partie du groupe Rhdp, L’objectif visé était de rafler 60% des sièges. Nous en avons 53%. À cela, vont s’ajouter les 16 députés indépendants. Ce qui donne les 60% », confie Adama Bictogo.

Dans un courrier publié après la proclamation des résultats provisoires, Laurent Gbagbo a félicité les électeurs d’avoir accompli leur devoir civique dans le calme.  En exil en Belgique depuis son acquittement en première instance par la cour pénale internationale, Il a indiqué qu’il engage les élus de son parti à poursuivre le « combat de la liberté, de l’égalité et de la solidarité », qui sont pour le FPI « des valeurs qui fondent la création d’une nation.» « Nous devons bâtir la Nation ivoirienne autour de ces valeurs pour favoriser le vivre ensemble des Ivoiriens du Nord, du Sud, de l’Ouest, du Centre et de l’Est, dans le respect des lois de la République », a poursuivit l’ex-prisonnier de la CPI dont le retour en Côte d’ivoire est annoncé par son parti. 

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Cap-Vert est en pleine période d’élections législatives. Ce pays démocratique stable voit s’affronter le MPD du premier ministre Ulisses Correia e Silva, et le PAICV, de Janira Hopffer Almada. Le 18 avril, les Cap-Verdiens sont appelés à se rendre aux urnes pour élire leurs députés. Le pays fait preuve d’une...
Selon les Nations unies, le Nigeria doit faire face à un exode massif de populations fuyant les attaques djihadistes. Des djihadistes du groupe Etat islamique en Afrique de l’Ouest (EIAO) ont attaqué à deux reprises la semaine dernière, la ville de Damasak, à la frontière entre le Nigeria et le...
Dimanche 11 avril, les Béninois se sont rendus aux urnes pour le premier tour de l’élection présidentielle. Ce sont cinq millions d'électeurs qui doivent voter pour élire le nouveau président. Les électeurs béninois ont eu l’opportunité de voter ce dimanche alors que les bureaux étaient ouverts entre 7h et 16H....
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...