Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : rémission du responsable du rapt de centaines de garçons

Le responsable de l’enlèvement de plus de 300 écoliers en décembre 2020 au Nigéria a négocié sa rémission avec les autorités. En jeu ? Un accord d’amnistie.

En décembre 2020, des groupes criminels avaient fait irruption dans un pensionnat de la ville de Kankara, dans l’État voisin de Katsina. Awwalun Daudawa et des dizaines d’hommes armés avaient alors kidnappé 344 garçons.

Se revendiquant du groupe djihadiste Boko Haram, les criminels avaient avait confirmé dans une vidéo la responsabilité dans l’enlèvement des jeunes garçons. La négociation entre les gangs et les gouvernements de Katsinoa et Zamfara ont abouti rapidement à la libération des otages. Une semaine après leur enlèvement, les jeunes garçons ont été libérés.

Le chef de gang a « remis les armes » et « a juré avec ses combattants sur le Saint Coran de ne pas revenir à leurs anciennes pratiques » a annoncé le porte-parole du gouvernement local, Zailani Bappa. Awwalun Daudawa s’est donc rendu aux autorités locales lundi avec six membres de son groupe armé en obtenant une amnistie.

Le Nigeria subie depuis plus de 10 ans les exactions de groupes criminels qui, motivés par l’appât du gain, commettent pillages, volent et sèment la terreur dans les populations. Pour éviter une expansion des méfaits, les autorités ont adopté une stratégie consistant à négocier des amnisties avec les « bandits ». Cela permettant d’éviter que de bandits ces groupes se transforment en terroristes, au contact de groupes djihadistes.

Ainsi à l’origine, Awwalun Daudawa, âgé de 43 ans, est un voleur de bétail qui s’est reconverti dans le trafic d’armes, notamment entre la Libye et le nord du Nigeria. Il faisait commerce avec des groupes criminels ou djihadistes, par appât du gain.

Source : Le Figaro

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...