Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : une épidémie de grippe aviaire au sein du parc national du Diawling ?
épidémie de grippe aviaire

Le gouvernement mauritanien a officialisé une alerte à la grippe aviaire samedi au sein du parc national du Diawling. Ce dernier a immédiatement été fermé après la découverte d’une possible épidémie marquée par le décès de 245 poussins de pélicans et d’une douzaine d’adultes de la même espèce.

Selon RFI, qui relaie l’information, « le parc du Diawling est situé à 5 km du parc sénégalais pour la conservation des oiseaux le Djdouj, où 750 pélicans sont morts récemment de la grippe aviaire. Ce n’est donc pas une surprise si le même phénomène se produit en Mauritanie ».

En conséquence, « (Nouakchott) a ordonné la cessation de toutes activités humaine sur le site et ses environs. Une délégation représentant plusieurs ministères s’était, auparavant, rendue sur place pour mieux évaluer la situation. C’est après son passage qu’a été lancée une campagne de sensibilisation demandant aux populations d’éviter de manipuler les carcasses des oiseaux morts de la grippe aviaire ».

Une affaire sordide au Botswana

Cette affaire, même si elle diverge, n’est pas sans rappeler un fait divers épineux intervenu en octobre dernier au Botswana. Et cela, après la découverte de nombreuses carcasses de vautours à dos blanc dans la région du Makgadikgadi. Les chercheurs s’inquiètent ainsi sur l’avenir d’une espèce plus que menacée selon l’Union internationale pour la conservation de la nature. Les autorités locales prennent donc très au sérieux cette sombre affaire.

Selon Science et Avenir, une enquête est en cours afin de faire la lumière sur 55 disparitions datant du 22 octobre, confirme Motshereganyi Kootsositse, le responsable de la vie sauvage au Botswana.

“Nous recensons souvent des vautours morts dans tout le pays. La situation s’aggrave, leur nombre décline largement en raison d’empoisonnement dû à la mauvaise utilisation de produits agricoles chimiques“, précise l’intéressé.

Avant de tirer le signal d’alarme : “En juin 2019, 537 carcasses ont déjà été découvertes dans la réserve de Chobe (Nord). Un record ! Des études ont montré que l’empoisonnement et le commerce à des fins de médecine traditionnelle étaient responsables à 90% des morts de vautours en Afrique.”

Par ailleurs, il est important de noter que les éléphants sont également ciblés par une bactérie sur le territoire. Ces derniers ont en effet succombé par centaines au mois de septembre dans la région du delta de l’Okavango (Nord).

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...