Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali et nouvelle opération franco-malienne : cent djihadistes neutralisés

Les militaires français et maliens annoncent qu’à l’issue d’une opération spéciale dans le centre du Mali, cent djihadistes ont été tués ; d’autres combattants capturés et du matériel saisi.

L’opération « Eclipse », menée du 2 au 20 janvier par la force française « Barkhane » et l’armée malienne a fait une centaine de morts dans le camp djihadiste. L’opération s’est déroulée dans le centre du Mali. « Une vingtaine [de djihadistes ont été] capturés, ainsi que plusieurs motos et matériels de guerre saisis » a déclaré l’armée malienne.

Au Mali, il s’agissait d’évacuer le secteur Douentza-Hombori-Boulkessi, une région de forêts clairsemées et de brousses surplombées d’un massif rocheux, où sont installés des membres du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) une alliance djihadiste affiliée à Al-Qaida. GSIM n’est pas le seul groupe djihadiste sévissant dans la région ; d’autres groupes, liés à l’organisation Etat islamique (EI), sont présents dans la région.

La France a envoyé 5100 hommes pour combattre les djihadistes au Sahel. L’armée française est déployée depuis 2013 aux côtés des armées du G5 Sahel. Les zones maîtrisées par les djihadistes demeurent dangereuses en dépit des succès des armées française et malienne.

En décembre, trois soldats français ont trouvé la mort, suite à une attaque revendiquée par

GSIM, et six soldats maliens ont été tués le week-end dernier, lors d’attaques nocturnes contre les deux camps militaires de la zone, à Boulkessy et Mondoro. La riposte de la coordination franco-malienne avait fait « une trentaine de morts côté terroristes », selon Bamako.

Le sommet de N’Djamena qui doit se tenir les 15 et 16 février doit permettre de faire le bilan des opérations. Le sommet se tient un an après celui de Pau, où les dirigeants français et sahéliens avaient décidé d’intensifier la lutte dans la zone des « trois frontières ». Il doit permettre de faire le point sur l’engagement français. Le président français Emmanuel Macron a prévenu qu’il souhaite « ajuster les efforts » français dans la région.

Paris a mis ainsi en avant Paris la nouvelle force Takuba, un groupement de forces spéciales européennes chargé d’accompagner l’armée malienne au combat.

Source : Le Monde Afrique

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les 49 soldats ivoiriens détenus à Bamako ont été inculpés pour « tentative d’atteinte à la sûreté de l’État ». On espérait la libération des 49 Ivoiriens soupçonnés d’être des mercenaires. La Côte d’Ivoire était optimiste pensant avoir « privilégié le dialogue » pour espérer obtenir un « dénouement heureux ». Cependant le 14 août, « les 49 militaires ivoiriens [avaient] été inculpés...
Lundi, le dernier détachement militaire a quitté le camp de Gao Le 15 août. Lundi 15 août, « le dernier détachement de la force “Barkhane” présent sur le sol malien a franchi la frontière entre le Mali et le Niger » a annoncé l’état-major des armées. Présents depuis 2013, les soldats français avaient été...
Le président Julius Mada Bio accuse l’opposition d’avoir voulu renverser le gouvernement après que quatre membres des forces de sécurité et des civils aient été tués lors de récentes manifestations. Julius Madda Bio, le chef d’État sierra-léonais a affirmé vendredi 12 août 2022, que « les émeutes meurtrières survenues mercredis visaient...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...