Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire – Alassane Ouattara investi, le dialogue politique au point mort.

La décision d’Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat à la tête de la Côte d’Ivoire a été récusée par l’opposition. L’annonce de sa candidature, considérée anticonstitutionnelle par ses adversaires, a suscité de violentes manifestations dans le pays.

À l’issue de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020,  le président sortant a été déclaré vainqueur d’un scrutin boycotté par l’opposition qui a mis sur pied un Conseil National de Transition.

Dans de cette ambiance délétère, Alassane Ouattara a été investi pour un troisième mandat, lundi 14 décembre 2020, à Abidjan.

Mercredi 11 novembre 2020, Alassane Ouattara a rencontré, à sa demande, Henri Konan Bédié, le leader de l’opposition, pour amorcer un dialogue politique.

Le 9 décembre 2020, après une rencontre avec les membres de la coalition de l’opposition, Henri Konan Bédié a annoncé la dissolution du Conseil National de Transition et a suggéré « un dialogue national » en lieu et place d’un tête-à-tête avec Alassane Ouattara. « (…) je propose dès maintenant et urgemment, en accord avec toute l’opposition, l’organisation d’un Dialogue National en lieu et place du « tête-à-tête Bédié – Ouattara ». (…) Ce nouveau cadre de Dialogue qui verra la participation de toutes les forces vives de la Nation et qui sera encadré, sur le territoire ivoirien par des organisations internationales crédibles spécialisées en la matière, dont l’ONU, remplace évidemment le CNT que l’opposition ivoirienne avait initialement proposé. » 

Selon Henri Konan Bédié, « les questions-clés à aborder (…) porteront notamment sur : 

– L’élaboration d’une constitution consensuelle qui garantira une stabilité démocratique, avec des institutions fortes ; 

– La mise en œuvre d’un véritable processus de réconciliation qui prendra notamment en compte le retour des exilés et la libération des prisonniers politiques et militaires ; 

– L’indemnisation conséquente des victimes et leurs familles respectives ; 

– La réforme de la Commission Électorale Indépendante ; 

– L’Organisation des élections, notamment présidentielles, transparentes, 

crédibles et inclusives, dans un climat apaisé ; 

– Le rétablissement de la confiance entre les Ivoiriens et les amis de la Côte d’Ivoire en assurant la bonne gouvernance économique, politique et administrative ; 

– Le retour de l’Etat de droit dans le respect des libertés fondamentales de tous les citoyens et de la loi, tout en assurant le maintien de l’ordre sans bavures. »

« C’est assurément la provocation de trop », a réagi le RHDP, le parti au pouvoir. Dans une déclaration publiée le 10 décembre 2020, Kobenan Kouassi Adjoumani, le porte-parole du parti, soutient qu’ « à la vérité, le président du PDCI-RDA rappelle dans cette déclaration qu’il reste dans la logique de la sédition et de la remise en cause de l’ordre constitutionnel née de la présidentielle du 31 octobre 2020. (…) 

Ce sont les points inscrits dans la feuille de route du prétendu CNT (Conseil National de Transition) que M. Henri Konan Bédié est en train de dévoiler au grand public. » 

Ainsi, pour le porte-parole du RHDP, « Il est clair que le dialogue réclamé par M. Henri Konan Bédié n’est qu’un alibi, un prétexte. Ce qu’il recherche en réalité, c’est sa transition qui lui a filé entre les mains. »

Le dialogue politique est donc au point mort en Côte d’Ivoire, au moment où est organisée la cérémonie d’investiture d’Alassane Ouattara qui a prêté serment sur la Constitution pour un troisième mandat, lundi 14 décembre 2020, devant environ 300 invités dont plusieurs chefs d’État et de gouvernement, des chefs de missions diplomatiques et des représentants des institutions internationales.

Dans son discours d’investiture, Alassane Ouattara a invité l’opposition au dialogue, en vue de détendre l’atmosphère politique. « J’invite l’ensemble des partis politiques à saisir cette nouvelle opportunité qui s’offre à tous pour aboutir à la décrispation du climat politique, par le dialogue, afin de renforcer la paix et la stabilité dans notre pays.

J’ai instruit le Premier ministre de reprendre les discussions avec les partis politiques pour mettre en œuvre les recommandations de la CEDEAO relatives à la Commission Électorale Indépendante, dans la perspective de la tenue des élections législatives dans le courant du premier trimestre 2021, afin d’être en conformité avec le calendrier de la mise en place des institutions de la IIIe République », a-t-il déclaré.

Toutefois, Alassane Ouattara, qui a annoncé la création d’un « ministère de la réconciliation nationale », a soutenu que « les actes de violence qui ont émaillé la présidentielle en Côte d’Ivoire « ne doivent pas rester impunis ».

En effet, plusieurs personnalités politiques et des militants des droits de l’homme ont été arrêtés et incarcérés dans le cadre des manifestations liées à la candidature d’Alassane Ouattara, jugée anticonstitutionnelle par l’opposition.

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’ancien président du Sénégal était un grand admirateur de Pierre Soulages. Un de ses toiles estimée entre 800 000 et 1 million d’euros est mise aux enchères. La maison de ventes Caen Enchères propose le 23 janvier une toile classique des années 1950 de Pierre Soulages et ayant appartenu à Leopold Sédar Senghor....
Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) des Nations unies, a annoncé que plus de deux millions de personnes ont été déplacées dans la région du Sahel en 2020.  Les déplacements de population au Sahel sont les directes conséquences de la violence permanente que génèrent les groupes djihadistes dans la région....
C’est bien le cas de le dire. En Côte d’Ivoire, la justice fait son procès. Dans une circulaire de 8 pages, datée du 4 janvier 2021, dont nous avons reçu copie, le ministre ivoirien de la justice et des Droits de l’Homme dresse un diagnostic sombre du système judiciaire dans son...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...