Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Élection présidentielle en Guinée : le camp Alpha Condé en mauvaise posture

En Guinée, le premier tour de l’élection présidentielle s’est achevé ce soir. Tribune Ouest a recueilli de premières estimations auprès des différentes parties grâce à ses correspondants locaux, qui semblent recoupées par celles de l’ONG Stand for Life and Liberty (S2L) mobilisée face aux craintes d’atteintes à la bonne tenue du scrutin. La situation reste volatile dans un pays où le Président et candidat à un nouveau mandat, Alpha Condé, est affaibli par son âge avancé (82 ans) et, surtout, un bilan personnel très contesté. Son principal opposant, Cellou Dalein Diallo, semble en situation favorable pour le second tour, même si l’hypothèse d’une victoire au premier tour n’est pas exclue. Bien qu’elles semblent refléter une dynamique, ces premières estimations restent partielles et seules la CENI et la Cour constitutionnelle sont habilités à proclamer les résultats officiels.

Recul du parti présidentiel 

Dans les quatre régions naturelles de Guinée, la Basse-Guinée, la Haute-Guinée, la Guinée forestière et la moyenne Guinée, les premiers résultats tendent à montrer un recul massif du RPG, parti du camp présidentiel, au profit de plusieurs de ses principaux opposants, dont Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des Forces démocratiques de Guinée.

Fragilisé par son passage en force pour un troisième mandat et l’imposition d’un référendum constitutionnel jugé illégal, Alpha Condé fait l’objet de critiques massives des organisations internationales et d’une partie des pays de la Région, qui évoquent un raidissement autoritaire. En effet, dans le pays, les manifestations se sont multipliées depuis un an, entraînant une forte répression de la part des forces de police et l’indignation généralisée des ONG, qui dénoncent des atteintes récurrentes aux droits humains. Les élections restent entachées de suspicion. En effet, un couvre-feu a été décrété aujourd’hui à partir de 18 heures, heure de fermeture des bureaux de vote.

Alpha Condé perd le soutien de ses bastions traditionnels

En Basse-Guinée, région à majorité soussou, Abdoul Kabele Camara, lui-même d’ethnie soussou et à la tête du Rassemblement guinéen pour le développement, sortirait favori avec 35 % des voix, devant Alpha Condé et Ousmane Kaba, qui recueilleraient respectivement 31 % et 18 % des suffrages. Un véritable coup de massue pour Alpha Condé, qui perdrait ainsi la région soussou, l’une de ses alliées naturelles et pourvoyeur traditionnel de voix.

En Haute-Guinée, territoire à majorité malinkè, c’est l’économiste Ousmane Kaba à la tête du Parti des démocrates pour l’Espoir qui, avec 37 %, sortirait en tête juste devant Alpha Condé, lui-même malinkè, qui recueillerait « juste » 35 % des voix. Ancien proche d’Alpha Condé et cadre du RPG, parti présidentiel, Ousmane Kaba est passé dans l’opposition, en faisant campagne sur l’unité nationale, les infrastructures, l’électrification ou encore l’accès à l’eau. Cellou Dalein Diallo arriverait troisième, avec 14 %. Un véritable camouflet pour Alpha Condé dans ses bastions traditionnels des pays malinkè et soussou, alors même qu’il avait pourtant tenté de positionner sa campagne sur des problématiques ethniques, déclenchant la colère de l’opposition qui craint un retour aux années noires pendant lesquelles les violences civiles ont engendré des milliers de morts.

Les chiffres recueillis sur place affirment que Cellou Dalein Diallo serait largement en tête en Moyenne-Guinée, avec un score estimé à 90 % des voix. Un résultat déjà atteint en 2010, entre Mamou et Labé. En Guinée forestière, où l’argument du vote utile « anti-Alpha » semble avoir été entendu, Cellou Dalein Diallo recueillerait 43 % des voix.

Si, dans cette configuration, Cellou Dalein Diallo pourrait l’emporter dès le premier tour, l’hypothèse d’un second tour face au Président sortant semble la plus probable. En cas de second tour, Cellou Dalein Diallo devrait compter sur le ralliement, tacite ou affirmé, de la dizaine d’autres candidats de l’opposition qui, dans leur immense majorité, ont fait front commun contre le troisième mandat d’Alpha Condé. Un mois sépare le premier et le deuxième tour, une période propice à l’embrasement au vu de la tension actuelle régnant en Guinée.

Réagir à cet article

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
Depuis quinze jours, la situation au Nigeria ne cesse d’empirer. Les violences concernent outre Lagos la capitale, plusieurs autres États.  Le Nigeria est le théâtre de violences, exactions, pillages alors que le mouvement de contestation populaire initial se transforme en une lutte contre le pouvoir. L’engrenage poursuit son œuvre dans...
En Mauritanie, la pêche représente 40 % des exportations. Mais le secteur doit faire à la baisse des commandes, notamment de la part de l’Espagne.  Les pêches artisanale et industrielle font vivre les 70 000 habitants de la ville de Nouadhibou, la capitale économique de la Mauritanie. Mais depuis mars, le...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...