Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Vers une légalisation des motos-taxis au Ghana ?
Vers une légalisation des motos-taxis au Ghana ?

Alors le Nigeria a interdit les motos-taxis et les tricycles à moteur à Lagos depuis le 1er février – et cela, dans les principaux districts de la ville ainsi que sur tous les grands axes autoroutiers environnants – certains partis ghanéens promettent de leur côté de les légaliser sur le territoire en cas de victoire aux élections présidentielle prévues le 7 décembre prochain.

Dans les faits, cette mesure appliquée au sein de la capitale économique nigériane vise à réduire de façon exponentielle le nombre de drames mortels à Lagos ; Une mégalopole connue pour son trafic chaotique. Au total, plus de 10 000 accidents graves ont été référencés dans les seuls hôpitaux généraux entre 2016 et 2019. Ces deux moyens de transport sont en effet utilisés par des millions de personnes, notamment les plus pauvres, et emploient des dizaines de milliers de jeunes sans formation.

Malheureusement, leurs pilotes – plus communément appelés okada et keke – ne respectent que très modérément le code de la route. D’où un nombre incalculable de vies perdues inutilement… Cet état de fait étant notamment alimenté par un manque criant de lignes de bus mises à disposition de la population locale. En ce sens, le gouverneur de Lagos, Babajide Sanwo-Olu, a donc promis de s’attaquer aux problèmes de circulation qui plombent le quotidien des Lagotiens.

Un contre-effet massif

Malheureusement, ce dispositif est loin de porter ses fruits confirme auprès de Ouest France un agent immobilier : “Quand l’interdiction a commencé, j’ai passé 7 heures sur la route. (Le lendemain), j’ai passé presque 9 heures dans les embouteillages. (Au final), j’amène mon ordinateur et je travaille dans le taxi”, fustige ainsi l’intéressé.

Un sentiment partagé par un passant : “Les Nigérians sont les personnes les plus résistantes au monde. Mettez une politique en place, les Nigérians s’adapteront, peu importe à quel point elle est débile, nous sommes très patients !”

Comme le rappelle le média, les Keke (tricycles à moteur) et Okada (motos-taxis) permettaient à leurs utilisateurs de rejoindre les quartiers les plus inaccessibles, qu’importe les routes cabossées et pleines de nids-de-poule. Désormais, beaucoup d’habitants ont l’obligation de prendre leur voiture individuelle.

Vers une légalisation au Ghana ?

A contrario, la situation de ce dossier au Ghana pourrait évoluer dans une autre direction, confirme France Tv Info. Si l’interdiction du transport de passagers en moto-taxi remonte à une loi de 2012, une remise à plat des règles de circulation fait son chemin avec une légalisation des okadas. En ce sens, le gouvernement de Nana Akufo-Addo a lancé une vaste consultation en 2019 appelée à reprendre dès que la situation sanitaire le permettra.

Parallèlement, il est important de noter que l’opposition a déjà choisi son camp. Deux partis, le BDC et le NDC, ont en effet promis de légaliser ce moyen de transport en cas de victoire aux élections (présidentielle et législatives) prévues le 7 décembre 2020. Le futur des okadas est donc devenu un enjeu national et un argument électoral.

A suivre…

A lire aussi : Ghana : les producteurs de cacao peuvent pousser un ouf de soulagement

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
Depuis quinze jours, la situation au Nigeria ne cesse d’empirer. Les violences concernent outre Lagos la capitale, plusieurs autres États.  Le Nigeria est le théâtre de violences, exactions, pillages alors que le mouvement de contestation populaire initial se transforme en une lutte contre le pouvoir. L’engrenage poursuit son œuvre dans...
En Mauritanie, la pêche représente 40 % des exportations. Mais le secteur doit faire à la baisse des commandes, notamment de la part de l’Espagne.  Les pêches artisanale et industrielle font vivre les 70 000 habitants de la ville de Nouadhibou, la capitale économique de la Mauritanie. Mais depuis mars, le...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...