Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Cap-Vert : des résultats records dans la protection des tortues marines
Le Cap-Vert s'investit dans la protection des tortues marines

Fruit d’une collaboration efficiente entre Praia et les ONG environnementales, les plages capverdiennes abritent actuellement plus de 140 000 nids de tortues nicheuses. Un record pour le petit Archipel.

Sans surprise, le ministre capverdien de l’Agriculture et de l’Environnement n’a pas manqué de saluer le 9 septembre dernier une avancée significative dans la protection d’une population animale directement menacée par le réchauffement climatique ou encore le braconnage :

“Notre but est de sensibiliser la population  à l’importance de la préservation des tortues marines. Cette protection a une énorme importance non seulement d’un point de vue écologique, mais aussi dans la promotion du tourisme dans notre pays, confirme ainsi Gilberto Silva. Et pour cause, 250 000 visiteurs arpentent le Cap-Vert chaque année et le petit animal à caparasse n’est pas étranger à ce succès économique.

Dans cette équation, il est important de souligner le rôle primordial joué par les forces vives associatives. Une donnée que les autorités locales n’ignorent pas puisque le budget alloué aux ONG spécialisées va augmenter de 70 000 euros cette année.

De son côté, le site Afrik 21 expose d’autres effets bénéfiques directement liés aux tortues marines :

“Pour préserver cette fascination que les tortues marines exercent chez l’homme, le Cap-Vert (multiplie) instruments et lois (en faveur) de la protection des tortues et de leur habitat. Avec l’aide du Fonds mondial pour la nature (WWF) et de l’organisation de conservation Natura 2000, (Praia) a identifié puis mis en place 47 zones protégées sur l’ensemble du territoire de l’archipel. En outre, le pays a récemment signé la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (Cites), et le marais de Curral Velho (île de Boa Vista, à l’est du pays) figurera bientôt sur la liste Ramsar des zones humides d’importance internationale.

La protection des tortues marines a également un intérêt environnemental. Plusieurs espèces se nourrissent d’algues et contribuent ainsi au contrôle de cette végétation qui peut devenir envahissante; une situation dont la fréquence semble augmenter avec le réchauffement des océans. D’autres ont une alimentation à base de méduses, dont les populations ont aussi tendance à proliférer probablement en raison de la diminution des poissons petits pélagiques qui, comme les méduses, se nourrissent de plancton.”

A lire aussi : Insolite : un couple de Japonais nommés ambassadeurs du Cap-vert pour les JO 2021

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
Depuis quinze jours, la situation au Nigeria ne cesse d’empirer. Les violences concernent outre Lagos la capitale, plusieurs autres États.  Le Nigeria est le théâtre de violences, exactions, pillages alors que le mouvement de contestation populaire initial se transforme en une lutte contre le pouvoir. L’engrenage poursuit son œuvre dans...
En Mauritanie, la pêche représente 40 % des exportations. Mais le secteur doit faire à la baisse des commandes, notamment de la part de l’Espagne.  Les pêches artisanale et industrielle font vivre les 70 000 habitants de la ville de Nouadhibou, la capitale économique de la Mauritanie. Mais depuis mars, le...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...