Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : Nouakchott ou le fléau constant des inondations
Inondation Nouakchott

La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d’égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations.

Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a donc connu une croissance exponentielle qui perdure encore aujourd’hui. De fil en aiguille, la ville a grignoté sur des cordons lagunaires et plusieurs zones inondables.

Pire, depuis dix ans les pluies diluviennes ne manquent pas de s’acharner sur les habitants de l’agglomération. De quoi sérieusement inquiéter Carlos Gil Casado, un professeur d’agriculture exerçant localement : “Je suis inquiet, car ces eaux stagnantes peuvent provoquer des maladies fongiques et bactériennes sur les plantes”, confirme l’intéressé, médusé.

Un constat implacable que partage sans ménagement un éleveur de poules et poulets de la région sollicité par le média francophone : “J’ai perdu plus de 200 poussins, et du même coup tout le bénéfice de ma production. Les plus chanceux ont pu se réfugier au sommet du poulailler tandis que les plus faibles se sont noyés”.

Néanmoins, Nouakchott dispose depuis 2018 d’un dispositif d’assainissement des eaux digne de ce nom. De quoi limiter les impondérables et surtout fournir la population avec efficacité.

Nouakchott possède tout de même un réseau d’assainissement “made in China”

Selon La Tribune, le dispositif mis en place par le Chinois CTE “comprend un réseau de collecte des eaux stagnantes dans les basses terres et les principaux axes couvrant une superficie de plus de 15 km², avec des canaux de béton armé d’une longueur de 31 km”.

Plus important encore, quatre stations de pompage d’une force de frappe de 225 000 m3 par jour ont également pris place dans les centres les plus névralgiques de la capitale. Ce qui limitera à terme de façon exponentielle les risques d’inondation.

Pour information, l’assainissement de l’eau est une des étapes du petit cycle de l’eau (également appelé cycle domestique). Durant cette période, la collecte se fait d’abord à l’état brut par captage. Puis l’eau subit différents traitements pour la rendre potable. Elle est ensuite distribuée dans les foyers pour leur consommation et en dernier lieu, les eaux utilisées et usées sont traitées par un réseau d’assainissement avant d’être rejetées dans la nature.

A lire aussi : La Banque mondiale vient en aide à la Mauritanie pour lutter contre la pauvreté

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter