Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Banque mondiale vient en aide à la Mauritanie pour lutter contre la pauvreté
Pauvreté en Mauritanie

La Banque mondiale a officialisé une aide de 52 millions de dollars envers le gouvernement mauritanien afin de soutenir Nouakchott dans la lutte nationale contre une pauvreté de plus en plus invasive. 

Selon le communiqué de l’institution, cette aide améliorera l’efficacité et l’efficience du système national de filets sociaux adaptatifs. Et élargira la couverture aux ménages pauvres et vulnérables par l’intermédiaire de transferts sociaux ciblés, notamment auprès des réfugiés et des communautés d’accueil.

Comme le rappelle la Banque mondiale, « la Mauritanie a connu une période de croissance soutenue entre 2008 et 2014, qui s’est accompagnée de progrès significatifs sur le plan du bien-être des ménages. La croissance réelle des dépenses des ménages s’élevait en moyenne à 1,52 % par habitant et par an. Toutes les catégories de revenu en ont bénéficié et le pays a enregistré une nette réduction du taux de pauvreté, qui a reculé de 44,5 à 33 % sur cette période. L’amélioration des niveaux de vie a été plus marquée pour les populations vivant dans la pauvreté et l’extrême pauvreté que pour le reste de la population. Les inégalités ont par conséquent diminué : le coefficient de Gini, qui mesure les disparités de revenu dans une population donnée, a baissé de 35,3 à 31,9 entre 2008 et 2014. Ces avancées s’expliquent par la hausse de la production, de la productivité et des revenus enregistrée dans les zones rurales à la suite de la restructuration du secteur de l’agriculture et de l’élevage, ainsi que par d’autres facteurs tels que les migrations internes et l’évolution des prix relatifs.

Toutefois, certaines catégories de la population mauritanienne n’ont pas bénéficié de ce phénomène et le pays est à la traîne sur un grand nombre d’indicateurs sociaux. La pauvreté n’a pas reculé à Nouakchott, en raison probablement des migrations vers les zones urbaines, la capitale attirant les plus pauvres d’entre les pauvres. Les taux d’activité et d’emploi n’ont pas progressé, et ceux qui sont exclus du progrès social, à savoir notamment les jeunes, les femmes et les travailleurs pauvres, sont de plus en plus marginalisés. Les taux de scolarisation des enfants de 6 à 11 ans est de seulement 55 %, un tiers des ménages vivent dans des logements précaires, et 38 % de la population s’éclaire à l’électricité ».

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le procès était attendu. En exil au Burkina Faso depuis 2009, le capitaine Dadis Camara est rentré en Guinée, le 21 décembre 2021, pour répondre  à la convocation de la justice de son pays, à en croire ses avocats. Il comparait  devant le tribunal, depuis mercredi, avec une dizaine de...
Le ministre de la Santé et de l'Assainissement, Austin Demby, s'est engagé, lors d'une réunion avec les ministres de la Santé d'Afrique de l'Ouest et du Centre, à faire passer le taux de vaccination en Sierra Leone de 46 à 70 % d'ici décembre 2022, relaie le Concord Times. Le...
Le Niger voit affluer une nouvelle vague de 600 migrants, alors que le 6 septembre, 847 personnes originaires d’Afrique subsaharienne étaient déjà arrivées d’Algérie. Plus de 600 migrants, originaires d’une dizaine de pays africains, sont arrivés au Niger dans le nord du pays en provenance d’Algérie. 669 personnes, dont quatorze femmes et cinq...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...