Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Banque mondiale et Bad en désaccord sur la dette africaine

Le président de la Banque mondiale formule des reproches à l’égard la BAD qu’elle accuse de générer un accroissement des problèmes d’endettement de l’Afrique en prêtant toujours plus aux pays en difficultés.

 Après les accusations de David Malpass, président de la Banque mondiale, la BAD réagit avec virulence et dénonce des propos « non fondés sur des faits » qui « mettent en cause l’intégrité de la [banque], discréditent ses systèmes de gouvernance et insinuent à tort qu’elle fonctionne selon des normes différentes de celles de la Banque mondiale. Une telle idée va à l’encontre de l’esprit du multilatéralisme et de notre travail de collaboration » selon les propos du communiqué.

Ainsi lors d’un forum de la Banque mondiale et du FMI à David Malpass a critiqué plusieurs banques de développement, estimant qu’elles « ont tendance à prêter trop rapidement et à aggraver le problème de la dette des pays ». Le président de l’institution a notamment cité en exemple la BAD pour ses prêts au Nigeria et à l’Afrique du Sud qui plongeraient ces pays dans une situation budgétaire difficile.

La réaction de la BAD ne s’est pas fait attendre : « Nous estimons que la Banque mondiale aurait pu explorer d’autres cadres existants pour discuter, entre banques multilatérales de développement, des questions liées à la dette. La déclaration générale du président du Groupe de la Banque mondiale laissant penser que la Banque africaine de développement contribue à l’endettement des pays africains et que ses normes de prêt sont moins strictes est tout simplement fallacieuse et inexacte »

Cependant la BAD révèle que la Banque mondiale grâce à sa puissance financière- décaisse beaucoup plus de fonds à destination des économies nigériane et sud-africaine, soit respectivement 8,3 milliards de dollars et 2,4 milliards de dollars en 2018, contre 2,1 milliards de dollars et 2 milliards de dollars pour la BAD.

La BAD cependant confirme qu’elle suit des normes strictes dans son processus d’octroi de prêts. Et ce même si l’institution financière reconnait l’aggravation de la dette des pays africains.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

Un texte sera présenté sous peu au Parlement afin d’abolir la peine de mort. La peine capitale était à ce jour, maintenue dans l’arsenal juridique malgré un moratoire de fait sur les exécutions, a déclaré Umaru Napoleon Koroma le vice-ministre de la justice. En Sierra Leone, la Constitution de 1991...
Alors que le continent Africain se comporte mieux que l’Europe, l’Asie, et l’Amérique avec moins de 5 millions de cas déclarés, les campagnes de vaccination sont délaissées par les populations qui montre un certain scepticisme. L’Afrique s’apprête à rendre ses doses de vaccins alors même que la pénurie en la matière...
Alassane Ouattara a fait savoir au FMI le 10 mai, qu’une plus grande représentativité des pays africains au sein de l’institution est souhaitable. Lundi 10 mai, le chef de l’État ivoirien a appelé de ses vœux que les pays africains soient mieux représentés au FMI, rappelant que « quarante-six pays d’Afrique...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...