Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Espace UEMOA – Harmonisation du Baccalauréat : un atelier s’est tenu à Abidjan pour définir les modalités

Des experts des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se sont réunis à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, pour mener des réflexions sur les modalités d’une harmonisation du Baccalauréat (BAC) dans la zone. Ouvert le 3 février dernier au Sofitel Hôtel Ivoire, cet atelier a pris fin vendredi 7 février 2020. 

C’est en 2004 que l’Uemoa a initié un projet d’harmonisation du baccalauréat. Le huitième atelier tenu en octobre 2019, à Ouagadougou au Burkina Faso, a intégré notamment l’anglais, la philosophie et la physique-chimie au processus.

La rencontre d’Abidjan qui porte sur le renforcement des capacités des acteurs impliqués dans cette initiative, s’est déroulée sous les auspices du ministère ivoirien de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et la Formation professionnelle.

Selon les organisateurs, les travaux devraient conduire à l’élaboration d’un guide méthodologique des bases curriculaires des quatre disciplines (Français, Histoire-Géographie, Mathématiques, Sciences de la vie et de la terre), dans le cadre du processus d’harmonisation, et définir un cadre de référence pour l’élaboration des épreuves de cet examen. En outre, former les formateurs avec une phase d’expérimentation dans les quatre disciplines, introduire des situations complexes dans les épreuves avec l’achèvement de la démarche par la réalisation des corrections sur la base des grilles d’évaluation dont les critères ont été définis dans certains États membres.

Pour  la directrice ivoirienne des examens et concours, Mme Dosso Nimaga Mariam, « cette initiative d’organisation d’un Bac unique se présente comme un nouvel outil d’intégration sous régionale et d’ouverture sur le monde. »

Gustave Diasso, le représentant-résident de la Commission de l’UEMOA en Côte d’Ivoire, indique que « la démarche vise à assurer la crédibilité de cet examen important donnant accès à l’enseignement supérieur. » Et de d’ajouter : « Cette réforme profonde est une opportunité sans précédent pour faire du baccalauréat un examen répondant aux standards internationaux en matière d’évaluation des acquisitions et compétences des élèves de la classe de Terminale du second cycle secondaire ».

«  Les ateliers nationaux de renforcement des capacités des acteurs impliqués dans l’initiative d’harmonisation du baccalauréat au sein de l’UEMOA se dérouleront dans chaque Etat membre, durant 5 jours au cours du premier trimestre de l’année 2020  », ont informé les organisateurs.

Cette initiative peut-elle freiner un tant soit peu, les fraudes constatées aux examens dans des États de la zone UEMOA, comme ce fut le cas l’année dernière en Côte d’Ivoire  ?

En effet  tribuneouest.com rapportait que l’année scolaire 2018-2019 en Côte d’Ivoire a été marquée par de nombreuses fraudes sans précèdent aux examens de fin d’année. Des fraudeurs ont été appréhendés tant au niveau des candidats, des enseignants que de tiers qui interviennent en réseau.

Au Baccalauréat 2019, 6250 cas de fraude présumés ont été enregistrés parmi les 273.342 candidats contre 1516 sur 256.452 candidats en 2018.

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Dans un message vidéo diffusé sur Internet, samedi 19 septembre 2020, le président du congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), Charles Blé Goudé, s’est exprimé sur la situation politique en Côte d’ivoire.  L’ex-Codétenu de Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale, qui demande au président...
L'Archevêché de Conakry est monté au créneau pour dénoncer une expropriation des biens de l'Eglise par les habitants du village de Kendoumayah situé au sein de la préfecture de Coyah. Selon La Croix, les villageois ont barricadé, dimanche 20 septembre, l’entrée et la sortie de Kendoumayah pour procéder au lotissement d’un...
Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter