Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Google car : le géant US ne veut prendre aucun risque avec les piétons
Google car

Le saviez-vous ? Le géant de l’Internet a déposé en 2016 aux États-Unis le brevet d’une substance adhésive appliquée sur la carrosserie de ses voitures autonomes parcourant le monde en quête de nouvelles images. Le but ? Protéger les piétons contre un risque de collision et donc de blessure.

Concrètement, même si cela semble assez curieux, cette matière novatrice serait en mesure de scotcher les passants sur le pare-choc des véhicules Google en cas de heurt et ne pourraient pas rebondir. Si cette hypothèse semble farfelue, les ingénieurs de la filiale de la société Alphabet sont, eux, bel et bien sérieux. Et confirment ainsi qu’elle souhaite renforcer ses efforts en matière de responsabilité sociétale.

Le brevet précise en effet que cette couche spéciale enduira le capot, mais aussi les ailes et pare-chocs avant du véhicule : “L’adhésif lie en conséquence le piéton au véhicule pour qu’il reste solidaire de ce dernier jusqu’à l’arrêt afin qu’il ne soit pas projeté. Ce qui évite un impact secondaire entre le piéton et la route ou tout autre objet”, justifie le document.

La firme de Mountain View révèle parallèlement que la surface adhésive dispose d’un revêtement supplémentaire permettant à la substance de ne pas “amasser” tous les moucherons durant les trajets. Celui-ci craquera, au final, uniquement lorsqu’un impact avec un objet plus lourd interviendra, souligne le média, Numerama.

Pour information, l’entreprise fondée par Larry Page et Sergueï Brin en 1998, a annoncé que ce projet n’aboutira pas avant 2021.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...