Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire :   début des destructions d’habitations autour de l’aéroport

Deux semaines après la mort de Laurent Barthélémy Ani Guibahi, les travaux de démolition des habitations à proximité de l’aéroport ont commencé. Le jeune garçon aurait escaladé la clôture pour monter dans le train d’atterrissage d’un Boeing d’Air France.

En Côte d’Ivoire, les premières destructions d’habitations situées trop près de l’aéroport d’Abidjan ont démarré le 23 janvier.

Aérocanal le village situé à l’ouest de l’aéroport d’Abidjan n’était plus qu’un amas de taules, de béton et de tissus, après l’intervention des buldozers et de la police. Aérocanal était une zone inconstructible.

Cependant au village, nombreux sont ceux disent qu’ils n’en savaient rien. En témoigne Ousmane Traoré vivait à Aérocanal depuis trois ans avec sa femme et leurs deux enfants. « On se disait qu’on était chez nous et un matin, comme ça, ils sont venus tout détruire. Actuellement, on n’a rien. On va dormir dehors avec nos enfants, comme des moutons. On ne sait pas où aller ».

La destruction du village est consécutif à la mort de Laurent Bathélémy Ani Guibahi dont le dont le corps a été retrouvé début janvier dans le train d’atterrissage d’un vol Abidjan-Paris à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

En effet, selon les premiers éléments de l’enquête, l’adolescent aurait escaladé la clôture de l’aéroport d’Abidjan. Aussi les autorités ivoiriennes ont mis en place un périmètre de sécurité de 200 mètres de large autour de ce mur d’enceinte.

Aérocanal n’est pas le seul village qui va être détruit. D’autres villages ou quartiers vont être rasés durant le mois de janvier. Et notamment tous les villages et quartiers « inconstructibles » proches de l’aéroport.   C’est le cas du quartier d’Adjouffou, du côté est de l’aéroport, qui compte 25 000 habitants, des commerces, des lieux de cultes et plusieurs écoles.

Cette vaste opération va mettre en difficultés de nombreuses familles et habitants. Alors même que certains sont installés dans ces zones depuis plus de quarante ans. Alors en effet règne l’incompréhension. Personne ne comprenant que l’acte d’un jeune homme peut avoir des conséquences graves sur des milliers de familles.

Source : RFI 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Après 3 mois d'arrêt en raison de la pandémie Covid-19, l'aéroport de la capitale libérienne (Monrovia-Roberts) va reprendre progressivement son activité. Le premier vol en direction de Bruxelles (Belgique) a d'ailleurs eu lieu lundi 29 juin. Dans les faits, "tous les voyageurs devront justifier d’un test effectué avant leur départ...
Une plateforme intitulée “African Women in Digital Leadership” a vu le jour en début d'année en Afrique du Sud. De quoi permettre aux femmes de s’inscrire durablement dans le marché numérique local. Selon le site Afrik, d’autres pays africains vont aussi pouvoir profiter de ce précieux outil. En l’état, il...
Dominique Nouvian Ouattara, très engagée dans la lutte contre le travail des enfants dans l’industrie du cacao, en Côte d’Ivoire, a fustigé les conclusions d’un rapport à paraître de NORC, un institut de recherche américain basé à Chicago. C’est un rapport qui, avant même d’être publié, ne passe pas. Le NORC,...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter