Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sommet de Pau  : pour une alliance renforcée contre les djihadistes

La France et les pays du G5 Sahel lors d’une déclaration commune, confirment leur alliance dans la lutte contre le terrorisme.

La France et les pays du G5 Sahel (Niger, Tchad, Mauritanie, Burkina Faso, Mali), qui étaient réunis le lundi 13 janvier à Pau ont confirmé la coopération militaire dans la lutte les opposant djihadistes.

Les présidents du G5 Sahel, réunis à l’initiative d’Emmanuel Macron, ont « « exprimé le souhait de la poursuite de l’engagement militaire de la France au Sahel ». Ces déclarations en réponse à la survenue d’une montée d’un sentiment antifrançais. Emmanuel Macron avait souhaité une « clarification » des pays de la région après des accusations d’ingérence et de visées néocolonialistes dont la France était accusée.

Emmanuel Macron a également annoncé l’envoi de 220 soldats supplémentaires au Sahel pour renforcer les forces militaires françaises de l’opération « Barkhane ». La force française au Sahel mobilise à ce jour déjà 4 500 hommes dans la zone géographique concernée ; une bande du sahel qui a une étendue vaste comme l’Europe.

Les États-Unis opèrent le mouvement inverse et envisagent un désengagement de leurs troupes au Sahel. Emmanuel Macron a déclaré nourrir l’espoir de « pouvoir convaincre le président Trump que la lutte contre le terrorisme se joue aussi dans cette région et que le sujet libyen n’est pas séparable de la situation au Sahel et dans la région du lac Tchad ». 

Le sommet de Pau a vu la création d’un groupe de coordination appelé « Coalition pour le Sahel ». Il s’agit de mieux coordonner les actions dans « un nouveau cadre politique, stratégique et opérationnel » réunissant le G5 Sahel, la force « Barkhane » et les pays partenaires. Les chefs d’État ont décidé de « concentrer immédiatement leurs efforts militaires dans la zone des trois frontières » (Mali, Burkina, Niger), « sous le commandement conjoint de la force “Barkhane” et de la “Force conjointe du G5 Sahel” », où se sont concentrées les attaques ces derniers mois. L’objectif est de cibler prioritairement le groupe État islamique dans le Grand Sahara (EIGS).

Les pays membres du G5 Sahel et la France ont d’ores et déjà pris date pour une nouvelle rencontre. Le prochain sommet se déroulera en juin 2020 à Nouakchott.

Source : Le Monde Afrique

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lundi 21 novembre 2022, la junte malienne a annoncé l’interdiction des activités de toutes les ONG financées ou soutenues par la France, et notamment dans le domaine humanitaire. Abdoulaye Maïga, le premier ministre par intérim malien, a déclaré dans un communiqué diffus sur les réseaux sociaux, l’interdiction des Organisations non...
La seconde phase du projet de la route Lofa reliant Gbarnga à Mendikorma, au nord du Liberia, va bénéficier d'un coup de pouce financier en provenance du Qatar. Le gouvernement libérien cherche en effet à séduire plusieurs investisseurs internationaux afin de terminer cette autoroute très importante pour l'économie domestique.  Comme...
Face à la rudesse de la crise économique frappant Nouakchott, le président mauritanien, Mohamed Ould Ghazouani, a annoncé, lundi 28 novembre, plusieurs mesures destinées à soulager la population de l'Etat maghrébin. Dans les faits, il s'agit d'une revalorisation des salaires des fonctionnaires civiles et militaires, du montant du salaire minimum...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...