Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bakari Sanogo « Entre les joueurs africains et le championnat chinois, c’est gagnant-gagnant »
Bakari Sanogo

Alors que la cote des footballeurs africains ne cesse de monter, le géant asiatique est en passe de devenir leur nouvel eldorado. Véritable opportunité sportive, ou hospice pour joueurs en préretraite ? Pour l’agent Bakari Sanogo, la Chine est un choix de carrière de plus en plus intéressant pour les joueurs africains.

Afin de se faire une place dans le football mondial, l’Empire du Milieu ne lésine pas sur les moyens. D’après les informations de jeune Afrique, le mercato d’hiver 2016/2017 de la Superleague avait atteint la somme record de 388 millions d’euros. « La Chine se place désormais à la cinquième place des pays les plus dépensiers sur le marché des transferts, derrière la Premier League anglaise mais devant la Ligue 1 française », observe le magazine.

Si les Argentins et les Brésiliens arrivent en tête de liste des joueurs les mieux payés, la présence des Africains — et leur valeur — ne cesse de croître. Pas moins de 117 joueurs africains ont intégré le championnat chinois depuis 2007 (non loin des 173 Brésiliens) : 27 Nigériens, 14 Camerounais, 10 Ivoiriens, 8 Ghanéens, 6 Maliens… Une liste qui comprend des noms aussi prestigieux que ceux de Didier Drogba, Seydou Keïta, Frédéric Kanouté, Gervinho, Asamoah Gyan, Christian Bassogo, John Obi Mikel ou encore Benjamin Moukandjo.

Or qui dit prestige, dit moyens. La valeur des joueurs africains atteint des niveaux de plus en plus élevés. Deux cents millions d’euros estimés pour l’Egyptien Mohamed Salah, 130 millions pour les Sénégalais Sadio Mané et Kalidou Koulibaly, 74 millions pour le Congolais Cédric Bakambu… « Il est évident que l’écart se réduit avec les Européens et les Sud-Américains, qui restent encore les plus chers du marché. Mais on a pu constater que, ces dernières années, le prix des transferts des Africains était en hausse », explique l’agent Nicolas Onissé.

« Un deal gagnant-gagnant »

Or, les ambitions des clubs chinois participent largement à cette explosion de la valeur des joueurs africains : le transfert du Gabonais Pierre-Emerick Aubameyang (de Dortmund au Tianjin Tianhai), qui a finalement échoué, se serait négocié à 70 millions d’euros.

La Chine est de plus en plus active sur le mercato et révèle l’intérêt des équipes de son championnat pour les joueurs africains. Car derrière les stars et les opérations à plusieurs dizaines de millions, c’est toute une filière de recrutement pérenne qui est en train de se mettre sur pied pour développer un championnat au potentiel exceptionnel. Car la Chine peut compter sur des moyens financiers colossaux et des milliers — voire des millions — de supporters.

« Entre les joueurs étrangers, notamment africains, et la Superleague, c’est un deal gagnant-gagnant. Ce championnat est encore méconnu en Europe, mais il monte vraiment en puissance depuis quelques années, que ce soit sur la qualité du jeu déployé, les enjeux sportifs et les moyens financiers alloués », analyse Bakari Sanogo, agent de joueurs particulièrement impliqué dans l’Empire du Milieu.

Un président mordu de foot

Créé en 1951 et devenu professionnel en 1994, le championnat chinois a une unique obsession : monter en puissance. Il faut dire que la passion du président Xi Jinping pour le ballon rond n’y est pas pour rien. Le dirigeant s’est donné pour principaux objectifs la formation de près de 50 millions de joueurs de football à l’horizon 2020, la construction ou rénovation de plus de 7 000 stades ou terrains, la création de 50 000 écoles de football au cours de dix prochaines années et la multiplication des opérations de séduction des meilleurs joueurs et entraîneurs internationaux.

« Pour les Chinois, les joueurs étrangers permettent de montrer au monde ce que leur championnat est devenu. Pour les joueurs étrangers et africains, cela représente de nombreux clubs pour faire carrière, avec un véritable challenge. Ce n’est pas qu’une question d’argent : pour cela, il y a les pays du Golfe », estime Bakari Sanogo.

Il n’empêche. La Chine se rêve en nouvelle superpuissance du football. L’organisation de la Coupe du monde des clubs 2021, attribuée en octobre par la FIFA, n’est qu’une première étape. Le géant asiatique espère pouvoir bientôt accueillir, voire remporter, la Coupe du monde. Vous avez dit ambitieux ?

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter