Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire – Présidentielles 2020 : Alassane Ouattara continue d’entretenir le flou

Les Ivoiriens s’interrogent quant à la candidature du président Alassane Ouattara aux élections présidentielles de 2020.

En effet, les discours du patron du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), relatifs à la question, sont empreints de non-dits qui suscitent la polémique. Et pour cause ! En Afrique, les constitutions se font et se défont dans la plupart des cas selon l’humeur des dirigeants. 

En octobre 2015, lors d’une interview avec RFI et le quotidien Le Monde, Alassane Ouattara déclare : « Soyez tranquille. Si j’avais pu régler ce que j’avais à faire en un mandat, je n’aurais pas fait un second. Qu’est-ce que cela m’apporte ? […] La clause sur le quinquennat renouvelable une fois ne sera pas modifiée. J’aurai 78 ans en 2020, ça ne me vient même pas à l’esprit et même si on me le demandait, je ne le ferais pas. […] Si après trois ou quatre ans, ça va bien, pourquoi ne pas demander à un vice-président de prendre les choses en main ? »

Mercredi 13 février 2019, dans les colonnes du quotidien Le Nouveau Réveil, Boniface Ouraga Obou, le président du comité des experts chargés de la rédaction de la constitution ivoirienne, rassure les Ivoiriens sur la sincérité de la parole du chef de l’État :  « Depuis environ quatre mois, j’échange presque au quotidien avec le président de la République. Je puis vous assurer qu’il respectera la Constitution et ne briguera pas un autre mandat ». 

Samedi 20 août 2016, Cissé Bacongo, l’un des cadres du parti au pouvoir, face à la jeunesse de son parti, informe :  « Le Président Ouattara n’est pas intéressé par un 3ème mandat ».

En septembre 2016, le ministre Touré Mamadou, en charge de la jeunesse et porte-parole du RHDP, face à des jeunes militants de son parti, affirme  :  « Le président Alassane Ouattara n’est pas Laurent Gbagbo qui dit quelque chose et pense autre chose. Sa conception de la politique n’est pas l’art de la roublardise (…) Il a dit qu’il ne fera pas un troisième mandat et il ne fera pas un troisième mandat ».

En janvier 2017,   face aux corps constitués,  au palais présidentiel, Alassane Ouattara annonce sa retraite : « À l’occasion de mes 75 ans, ceci m’amène à réaffirmer que les institutions de la République qui seront mises en place très prochainement, me permettront de prendre congé en 2020 ».

En novembre 2017, on assiste à un rétropédalage inédit. Interviewé par France 24, Ouattara prend le contre-pied de ses propres propos : « À priori, je ne me présenterai pas en 2020 […] En politique, on ne dit jamais non. Attendez 2020 pour connaître ma réponse ». 

En février 2018, il fait table-rase de ses récentes promesses.  À l’hebdomadaire Jeune Afrique, Alassane Ouattara confie : « La nouvelle Constitution m’autorise à faire deux mandats à partir de 2020. Je ne prendrai ma décision définitive qu’à ce moment-là, en fonction de la situation de la Côte d’Ivoire. La stabilité et la paix passent avant tout, y compris avant mes principes. »

En février 2019, interrogé par Christophe Boisbouvier de RFI, il ajoute :  « C’est très clair. Je peux me représenter si je le souhaite. C’est une nouvelle Constitution qui a touché non seulement à l’exécutif, avec un poste de vice-président, qui a touché au législatif avec la création d’un Sénat, qui a touché au judiciaire, avec la création de nombreux cours plutôt que des chambres. C’est une toute nouvelle Constitution. Et tous les avis juridiques que j’ai consultés me confirment que si je veux être candidat en 2020, je peux l’être. Et ce serait conforme à la Constitution ».

Samedi 30 novembre 2019, au meeting de clôture de sa visite d’État dans la région du Hambol, au stade Thomas D’Aquin de Katiola, Ouattara martèle : « Mon intention est bien de transférer le pouvoir à la nouvelle génération. Mais, si ceux de ma génération se présentent, je me présente aussi. »

Samedi 7 décembre 2019, à l’occasion de la commémoration de la date anniversaire de la mort de Félix Houphouet Bobigny, le premier président ivoirien, Alassane Ouattara révèle : « Il n’y aura pas d’exclusion de qui que ce soit y compris ADO. Si ADO décide d’aller de l’avant, il n’y aura pas d’exclusion, personne ne sera exclu »

À 10 mois des élections présidentielles de 2020 en Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara continue d’entretenir le flou. Le moins qu’on puisse dire, relativement à sa candidature, c’est que rien n’est encore « bouclé ». Toutes les options demeurent sur la table.

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Une opération de déguerpissement  est en cours autour de l’aéroport Félix Houphouet-Boigny (FHB) d’Abidjan, situé dans la commune de Port-Bouet.  Selon les autorités du pays, cette mesure diligente qui fait suite à l’intrusion sur l’aéroport d’Abidjan d’un jeune garçon retrouvé mort dans un train d’atterrissage d’un avion à l’aéroport Roissy Charles...
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté, les intellectuels qui, à travers leurs activités cognitives, posent les problèmes de leur société et essaient d’y apporter des solutions et de l’autre, les intellectuels mercenaires, laudateurs zélés, qui mettent leur science au service de leur maître. Le professeur Franklin...
La société pétrolière Lekoil a dénoncé l’accord de financement qu’elle avait contracté la semaine dernière avec le fonds souverain Qatari QIA. Et ce alors que Lekoil a découvert que l’opération s’avérait frauduleuse.  La compagnie nigériane Lekoil a découvert la tentative de fraude dont elle faisait l’objet et a alors suspendu...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter