Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : Biram dah Abeid fustige encore le déni étatique sur les pratiques esclavagistes locales
L'esclavage est très actif en Mauritanie

Le leader de l’Ira, mouvement politique qui lutte contre l’esclavagisme patenté en Mauritanie, est monté une nouvelle fois au créneau pour dénoncer une communication étatique à deux vitesses dans ce triste dossier.

Je suis d’accord avec le chef de l’Etat (Mohamed Ahmed El-Ghazouani) quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise pas l’esclavage dans ses lois modernes. Mais la Constitution stipule que la source de la loi en République islamique de Mauritanie, c’est la charia. Et la charia islamique veut dire ici rite malékite. (Dans les faits), le rite malékite légitime non seulement l’esclavage mais il le codifie et le sacralise ! », a ainsi pesté le militant lors d’un meeting relayé par RFI.

Et pour cause, la politique de Nouakchott en la matière laisse encore les observateurs internationaux perplexes puisque outre son abolition en 1981, l’Etat a également érigé l’esclavage au rang de crime contre l’humanité en vertu d’une loi votée en août 2015. Un texte sensé sanctionné “les contrevenants” à des peines pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement, contre 5 à 10 ans auparavant.

Pourtant, dans les faits, près de 43 000 personnes en subissaient encore les conséquences en 2016, soit environ 1% de la population totale, souligne un rapport d’Amnesty international. Malheureusement, cette tendance ne fléchit pas et se poursuit au contraire contre vents et marées.

Washington sévit

Face à cette situation aberrante, les Etats-Unis ont donc retiré à la Mauritanie son statut de partenaire commercial privilégié en Afrique. Ce retrait, effectif depuis le 1er janvier 2019, fut acté par le président Donald Trump à l’occasion de la révision annuelle 2018 du programme AGOA (Africa Growth and Opportunity Act). Il vise ainsi à sanctionner les piètres efforts mis en œuvre par l’Etat pour éradiquer le fléau de l’esclavage sur le territoire.

Concrètement, le communiqué publié par les autorités américaines précisait alors que “la Mauritanie (n’avait) pas fait assez de progrès dans la lutte contre le travail forcé, en particulier la lutte contre l’esclavage héréditaire”. Quant à son gouvernement, ce dernier s’est fait épingler pour son obstination à “restreindre la capacité de la société civile à s’exprimer sur (épineuse) question”.

Crédit photo : Wikipédia

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bien que seuls 16% des Gambiens utilisent actuellement les réseaux sociaux, l'avenir politique du pays pourrait bien se jouer en ligne. Et pour cause, les heureux élus font partie de la sphère locale la plus influente. A ce titre, l'application WhatsApp qui appartient au géant américain, Facebook, illustre parfaitement ce...
L’opposition a animé une conférence de presse, hier lundi 26 octobre, à quelques jours de la tenue du scrutin présidentiel prévu le 31 octobre. Nous vous proposons ci-dessous les propos liminaires de Pascal Affi N’guessan, le porte-parole de la plateforme des partis politiques de l’opposition. Chers amis de la presse, Mesdames et...
Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...