Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Visite d’Édouard Philippe au Sénégal : signature de sept contrats et restitution d’un sabre

La visite de deux jours du premier ministre français à Dakar a permis la signature de contrats d’armements.

Le premier ministre français, Edouard Philippe, a restitué au Sénégal à son arrivée le 16 novembre, l’épée d’El Hadj Oumar Tall, fondateur de l’empire Toucouleur qui s’étendait de la Guinée au Mali et guide spirituel de la Tidjaniya, la plus grande confrérie soufie du Sénégal. Le sabre comme symbole du commandement a servi de symbole au séjour du premier ministre en terre sénégalaise.

Le premier ministre français Édouard Philippe accompagné de six ministres – dont le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et la ministre des armées, Florence Parly –, sept parlementaires des délégations culturelles, économique, institutionnelle, sportive et éducative, pour une visite de 48 heures. Il s’agissait de superviser la conclusion de sept accords entre Paris et Dakar. La France et le Sénégal sont de partenaires privilégiés qui entretiennent « Une relation singulière ». La France ainsi est le premier bailleur et le premier investisseur du pays avec des échanges commerciaux qui se montaient à 911,1 millions d’euros en 2018, dégageant un excédent de 729,6 millions d’euros.

C’est dans la nouvelle ville de Diamniadio, que le premier ministre a ouvert le 6e Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. L’occasion pour le premier ministre de rappeler « la communauté de destins » entre la France et les pays du Sahel, victimes du terrorisme.

« Nous ne devons pas baisser la garde. La France est présente auprès de ses partenaires et son action est plus que jamais déterminée : nous sommes convaincus de la nécessité d’un partenariat plus large pour la sécurité et la stabilité au Sahel, en complément des efforts déployés par le G5 Sahel, et le Sénégal est un acteur important à cet égard. » a déclaré Édouard Philippe.

Le Sénégal ne faisait pas partie jusqu’à ce jour de la force conjointe de 5 000 soldats de Mauritanie, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad. Le pays rejoindra sous peu les rangs du nouveau P3S « Partenariat pour la sécurité et la stabilité pour le Sahel ».

L’armée de terre sénégalaise, constituée de 20 000 hommes et dont les effectifs devraient augmenter de 50 % à l’horizon 2 025, devrait affermir la lutte contre le djihadisme au Sahel.

Ainsi selon le premier ministre le Sénégal est déjà « le pays clé dans notre stratégie de lutte contre la dissémination terroriste »« le modèle d’un nouveau type de coopération ».

La France investit au Sénégal et à la fin de l’année 2019, le pays aura alloué 5,5 millions d’euros à la fois pour solidifier la politique de défense sénégalaise, densifier des secteurs comme la cybersécurité, la lutte contre les trafics et la migration illégale.

Par ailleurs la France peut compter sur 400 militaires présents sur le sol sénégalais. Ceux-ci ont formé 4 000 soldats sénégalais, parmi lesquels les forces spéciales de la marine.

Deux des accords signés dimanche concernent la vente, pour plusieurs millions d’euros, de trois patrouilleurs OPV58 du groupe français Kership ainsi que des missiles du groupe européen basé en France MBDA. Leur usage doit permettre la sécurisation des infrastructures gazières et pétrolières offshore et ils aideront également dans les missions de lutte contre la pêche illégale, contre la piraterie.

Source : Le Monde Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bien que seuls 16% des Gambiens utilisent actuellement les réseaux sociaux, l'avenir politique du pays pourrait bien se jouer en ligne. Et pour cause, les heureux élus font partie de la sphère locale la plus influente. A ce titre, l'application WhatsApp qui appartient au géant américain, Facebook, illustre parfaitement ce...
L’opposition a animé une conférence de presse, hier lundi 26 octobre, à quelques jours de la tenue du scrutin présidentiel prévu le 31 octobre. Nous vous proposons ci-dessous les propos liminaires de Pascal Affi N’guessan, le porte-parole de la plateforme des partis politiques de l’opposition. Chers amis de la presse, Mesdames et...
Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...