Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sierra Leone : les étudiantes enceintes excluent du système éducatif
Sierra Leone : les étudiantes enceintes excluent du système éducatif

Alors que Freetown a accentué son travail de sape sur les jeunes filles enceintes en les excluant de l’école jusqu’à la naissance de leur enfant, Amnesty International est montée au créneau pour dénoncer une situation aberrante.

Un postulat nourri par le ministère de l’Enseignement primaire et secondaire qui estime que les malheureuses “sont incapables d’apprendre correctement et (peuvent) avoir une influence négative sur leurs camarades en les incitant à être sexuellement actives. Ce qui peut amener celles-ci à tomber enceintes”.

Face à cette injustice flagrante, Marta Colomer, chargée de campagne principale Afrique de l’Ouest pour la célèbre ONG a donc publié un communiqué explicite afin d’appeler les autorités sierra-leonaises à la raison :

“La Sierra Leone est un pays où le taux de grossesse chez les adolescentes est élevé. Mais au lieu de dispenser une éducation sexuelle claire dans les écoles et d’éliminer efficacement les violences faites aux femmes et aux filles, les autorités punissent des centaines de jeunes filles enceintes en les privant d’éducation”, fustige ainsi l’intéressée.

Avant d’enfoncer le clou : “Le refus répété de l’État de permettre aux jeunes filles enceintes de suivre les cours ne fait qu’enraciner l’inégalité entre les genres et la discrimination liée au genre. Au lieu de les autonomiser, la politique gouvernementale risque de susciter chez elles un sentiment de honte et de culpabilité. (En conséquence), il faut que (Freetown) lève immédiatement cette interdiction, conformément aux obligations de la Sierra Leone en matière de droits humains. Et permettent (ainsi) aux jeunes filles enceintes de jouir pleinement de leur droit à l’éducation”.

A bon entendeur donc…

Crédit photo : https://www.fillespasepouses.org/

Article connexe :

La Sierra Leone et l’Inde signent un partenariat en matière de télé-éducation et de télémédecine

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bien que seuls 16% des Gambiens utilisent actuellement les réseaux sociaux, l'avenir politique du pays pourrait bien se jouer en ligne. Et pour cause, les heureux élus font partie de la sphère locale la plus influente. A ce titre, l'application WhatsApp qui appartient au géant américain, Facebook, illustre parfaitement ce...
L’opposition a animé une conférence de presse, hier lundi 26 octobre, à quelques jours de la tenue du scrutin présidentiel prévu le 31 octobre. Nous vous proposons ci-dessous les propos liminaires de Pascal Affi N’guessan, le porte-parole de la plateforme des partis politiques de l’opposition. Chers amis de la presse, Mesdames et...
Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...