Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire – Prix du cacao  : Les producteurs se sentent trahis

Le nouveau prix d’achat du cacao bord champ pour la campagne 2019-2020 est en hausse par rapport à la précédente campagne. Il est de 825 FCFA contre 750 FCFA précédemment. Soit une hausse de 75 FCFA. Toute chose qui devrait réjouir les producteurs, mais au contraire ces derniers ont le sentiment d’avoir été roulés dans la farine car ils espéraient mieux. 

En effet, le 6 août 2019, en prélude à la célébration des festivités du 59ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le chef de L’État Alassane Ouattara, annonçait que le prix d’achat bord champ du cacao devrait atteindre 1000 FCFA en octobre 2020. « En 2020, je veux que le prix du cacao atteigne 1000 FCFA comme en 2015 », avait annoncé le chef de l’exécutif ivoirien dans une interview accordée à la télévision nationale. 

De fait,  les spéculations sont allées bon train concernant la proportion dans laquelle devrait se faire cette augmentation. « Dans l’ensemble, les producteurs, les acheteurs, et les coopératives avaient une certitude. Le prix du kilogramme de cacao allait subir une augmentation, car le président de la République, Alassane Ouattara lui-même l’avait annoncé. La convergence d’idée tablait sur le prix du cacao à 1000 FCFA le kilogramme », confie un exploitant agricole que nous avons interrogé.

Cette  « vue de l’esprit »,  devenue virale sur les réseaux sociaux, alimentera les débats dans le milieu des planteurs.

Le Conseil du café-cacao (CCC), qui s’est prononcé, a immédiatement battu en brèche cette nouvelle “née des rumeurs”.        

L’institution en charge de la gestion de la filière café-cacao,  qui a produit un communiqué, estime que « Cette information est une spéculation de nature à semer la confusion dans l’esprit des acteurs de la chaîne de commercialisation du cacao, surtout celui de nos braves producteurs de cacao. C’est pourquoi, poursuit-elle ,  « Le CCC se réserve le droit de communiquer le prix d’achat du cacao, fixé en début de campagne 2019-2020 par les canaux habituels, et demande aux acteurs de la filière de rester à l’écoute. » 

Pour le CCC,  Alassane Ouattara tenait  à rassurer les producteurs de cacao sur les perspectives heureuses.  Selon l’organisation, contrairement à ce qui se dit, cette lucarne faite aux producteurs  lors de l’interview du président de la République, révèle l’idée d’une amélioration progressive de la situation des producteurs. 

Toujours est-il que, le 30 septembre 2019, un jour avant l’annonce officielle du nouveau prix du cacao pour la campagne 2019-2020, lors de la cérémonie d’ouverture de la 6è édition des Journées nationales du cacao et du chocolat (JNCC),  le ministre ivoirien de l’agriculture et du développement rural, Kobenan Kouassi Adjoumani, a annoncé à Abidjan « une bonne nouvelle  » pour les producteurs de cacao.  

Tant de belles paroles et de prévisions qui  ont permis  d’y croire. Mais le lendemain, c’est-à-dire le 1er octobre 2019, ce rêve sera brisé. Le prix du cacao bord champ  a été  fixé à 825 FCFA par kilogramme pour la campagne 2019-2020.

Certes, le prix du cacao a connu une légère augmentation, mais les producteurs ivoiriens, dans leur ensemble, s’attendaient à mieux. 

Pour rappel, la Côte d’Ivoire et le Ghana sont convenus de mener une lutte commune pour l’amélioration du prix du cacao sur les marchés internationaux. Ce qui devrait impacter positivement le revenu des producteurs.  C’est pourquoi les producteurs ivoiriens, qui se sentent floués,  ont du mal à comprendre que leur pays, la Côte d’ivoire, affiche un prix inférieur à celui pratiqué au Ghana voisin.  

Un planteur, qui a requis l’anonymat,  dira pour exprimer son amertume :  «  Si en 2020, le prix du cacao passe à 1000 FCFA le kilogramme, ça sera pour les  campagnes électorales. »

AUTEUR: Axel Illary
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les présidents sénégalais et maliens se sont rencontrés lors d’une visite de 48h de Macky Sall à Nouakchott. La rencontre avait pour objet les enjeux économiques de deux pays. Les échanges furent fructueux et se sont soldés par la signature de six accords de coopération dans les secteurs des transports,...
En Afrique l’or attise les convoitises. Et ce alors même que ne cessent de sévir les groupes terroristes.  Le Mali, troisième producteur d’or en Afrique met en place des procédures afin de sécuriser ce secteur économique et afin de rassurer les investisseurs internationaux. La question de la sécurité au Mali...
En 2050, 60 % de la population africaine résidera en métropole, contre 39 % aujourd'hui, d'après l'ONU-Habitat. La smart city, ou ville intelligente, est un concept qui apparaît alors comme un des moyens d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD). Le scénario qui se dessine est le suivant : une croissance de plus...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter