Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : nouveau projet de loi pour réduire la dépendance aux hydrocarbures

Afin de réduire sa dépendance aux hydrocarbures, le Nigeria va promulguer une loi révisant à la hausse le taux de la TVA. Le projet de loi bien que controversé devrait améliorer les recettes fiscales et diminuer la part de la rente pétrolière dans le budget de l’Etat.

 Le Nigeria est fortement dépendant des hydrocarbures. Ainsi les exportations de pétrole constituent 90 % des recettes en devise. Le gouvernement annonce qu’une réflexion est menée afin de légiférer afin d’augmenter ses recettes non pétrolières. Le projet de loi porté par la ministre des Finances Zainab Ahmed suggère une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à appliquer sur les biens et les services.

A ce jour le Nigeria dispose d’un des taux de TVA les plus bas au monde (5%) (alors que le taux standard est de 18 % à 20 % pour la moyenne mondiale). Il s’agit pour le gouvernement de ramener le taux de TVA à 7,2 %.

La proposition de loi déjà approuvée par le cabinet du ministère des Finances doit passer en présentation au Parlement pour approbation. Zainab Ahmed et le président du Service fédéral des recettes intérieures devraient également défendre le dossier devant le comité des finances du Parlement.

Classiquement la proposition suscite l’indignation du principal parti d’opposition, le Parti démocratique du peuple (PDP). Celui-ci considère que cette nouvelle disposition provoquera une pression supplémentaire sur les ménages et les entreprises avec une hausse des coûts des biens et des services.

La loi la sur la TVA est en pleine ligne stratégique du vaste programme de diversification économique pour la réduction de la part des exportations pétrolières et gazières du pays. Le Nigéria a déjà mis en place un plan de relance du secteur agricole et entrepris des mesures d’amélioration du niveau de recouvrement de l’impôt. Le gouvernement a également procédé à une hausse de taxes sur de divers produits.

Pour ce second mandat le président nigérian Muhamadou Buhari a fait l’accent sur la diversification de l’économie. C’est l’une de ses priorités. On se souvient que fin 2014, une chute brutale des prix des hydrocarbures avait plongé le pays dans la récession (2016 et 2017). La crise avait alors réduit les perspectives du pays dont la croissance s’est restreinte à -2% au premier semestre 2019. Cette alerte sévère avait interpellé les gouvernants sur la nécessité de diversifier l’économie du Nigéria.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les présidents sénégalais et maliens se sont rencontrés lors d’une visite de 48h de Macky Sall à Nouakchott. La rencontre avait pour objet les enjeux économiques de deux pays. Les échanges furent fructueux et se sont soldés par la signature de six accords de coopération dans les secteurs des transports,...
En Afrique l’or attise les convoitises. Et ce alors même que ne cessent de sévir les groupes terroristes.  Le Mali, troisième producteur d’or en Afrique met en place des procédures afin de sécuriser ce secteur économique et afin de rassurer les investisseurs internationaux. La question de la sécurité au Mali...
En 2050, 60 % de la population africaine résidera en métropole, contre 39 % aujourd'hui, d'après l'ONU-Habitat. La smart city, ou ville intelligente, est un concept qui apparaît alors comme un des moyens d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD). Le scénario qui se dessine est le suivant : une croissance de plus...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter