Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : nouveau projet de loi pour réduire la dépendance aux hydrocarbures

Afin de réduire sa dépendance aux hydrocarbures, le Nigeria va promulguer une loi révisant à la hausse le taux de la TVA. Le projet de loi bien que controversé devrait améliorer les recettes fiscales et diminuer la part de la rente pétrolière dans le budget de l’Etat.

 Le Nigeria est fortement dépendant des hydrocarbures. Ainsi les exportations de pétrole constituent 90 % des recettes en devise. Le gouvernement annonce qu’une réflexion est menée afin de légiférer afin d’augmenter ses recettes non pétrolières. Le projet de loi porté par la ministre des Finances Zainab Ahmed suggère une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à appliquer sur les biens et les services.

A ce jour le Nigeria dispose d’un des taux de TVA les plus bas au monde (5%) (alors que le taux standard est de 18 % à 20 % pour la moyenne mondiale). Il s’agit pour le gouvernement de ramener le taux de TVA à 7,2 %.

La proposition de loi déjà approuvée par le cabinet du ministère des Finances doit passer en présentation au Parlement pour approbation. Zainab Ahmed et le président du Service fédéral des recettes intérieures devraient également défendre le dossier devant le comité des finances du Parlement.

Classiquement la proposition suscite l’indignation du principal parti d’opposition, le Parti démocratique du peuple (PDP). Celui-ci considère que cette nouvelle disposition provoquera une pression supplémentaire sur les ménages et les entreprises avec une hausse des coûts des biens et des services.

La loi la sur la TVA est en pleine ligne stratégique du vaste programme de diversification économique pour la réduction de la part des exportations pétrolières et gazières du pays. Le Nigéria a déjà mis en place un plan de relance du secteur agricole et entrepris des mesures d’amélioration du niveau de recouvrement de l’impôt. Le gouvernement a également procédé à une hausse de taxes sur de divers produits.

Pour ce second mandat le président nigérian Muhamadou Buhari a fait l’accent sur la diversification de l’économie. C’est l’une de ses priorités. On se souvient que fin 2014, une chute brutale des prix des hydrocarbures avait plongé le pays dans la récession (2016 et 2017). La crise avait alors réduit les perspectives du pays dont la croissance s’est restreinte à -2% au premier semestre 2019. Cette alerte sévère avait interpellé les gouvernants sur la nécessité de diversifier l’économie du Nigéria.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le leader de l'Ira, mouvement politique qui lutte contre l'esclavagisme patenté en Mauritanie, est monté une nouvelle fois au créneau pour dénoncer une communication étatique à deux vitesses dans ce triste dossier. "Je suis d’accord avec le chef de l’Etat (Mohamed Ahmed El-Ghazouani) quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise...
La Mauritanie présente une singularité dans le monde arabe en attestant d'un taux de divorce oscillant entre 42 et 49 %, selon les estimations, bien que le gouvernement ne corrobore pas ces chiffres. Plus curieux encore, ce sont les femmes qui sont souvent à l'origine des ruptures.  D'après le site...
Une conférence de presse animée par l’association Les Victimes de Guillaume Soro (VGS) a eu lieu lundi 25 novembre 2019, à la Maison de la presse à Abidjan-Plateau. À cette occasion, le mouvement présidé par Kader Doumbia, ex-membre des Forces nouvelles (FN), a dénoncé les pratiques inorthodoxes de l’ex-secrétaire général des...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter