Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Somalie : les shebab donnent des maux de tête aux Nations unies
Somalie shebab

Le Conseil de sécurité onusien cherche à affiner sa stratégie vis-à-vis du fléau représenté par le groupe djihadiste, shebab, qui sévit depuis des années sur le sol somalien.

Alors que le Kenya a sollicité récemment les Nations unies afin que l’institution new-yorkaise adopte la résolution 1267 à l’encontre des shebab – un dispositif drastique de sanctions appliqué par exemple à l’Etat islamique, nombre d’ONG et d’anciens diplomates de la région sont montés au créneau pour dénoncer les failles de cette proposition de Nairobi.

Et pour cause, la Somalie bénéficie actuellement d’une exemption humanitaire. Cette dernière permettant « aux organisations caritatives de travailler dans des zones contrôlées par les shebab, sans risquer d’être accusées de soutenir ou de financer indirectement les terroristes », rappelle RFI.

Un coup de pouce indispensable

Concrètement, si les détournements de cette aide, au combien précieuse pour les populations sont monnaie courante, cette dernière n’en reste pas moins indispensable pour éviter une crise alimentaire et sanitaire majeure à l’échelle nationale.

Pour rappel, le gouvernement central somalien résiste toujours tant bien que mal aux assauts répétés du terrorisme. Il le doit avant tout au soutien dont il bénéficie sur l’échiquier mondial auprès de l’ONU et de l’Union africaine, via le contingent de l’Amisom. Malheureusement, cela ne suffit pas ou plus.

Et pour cause, bien que les islamistes des shebab disposent d’une marge de manœuvre plus faible depuis 2011 et la perte de la capitale, ils restent malgré tout encore très actifs sur le territoire. Notamment dans de vastes zones rurales, d’où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides jusqu’à Mogadiscio.

Crédit photo : Pixabay

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter