Deprecated: File class-oembed.php is deprecated since version 5.3.0! Use wp-includes/class-wp-oembed.php instead. in /home/u859680659/domains/tribuneouest.com/public_html/wp-includes/functions.php on line 5643
Niger : MSF quitte une localité proche de Diffa face à la menace djihadiste Niger : MSF quitte une localité proche de Diffa face à la menace djihadiste
Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Niger : MSF quitte une localité proche de Diffa en raison de la menace djihadiste
djihadisme

Alors que les djihadistes de Boko Haram multiplient les intimidations et massacres en tout genre dans la zone du lac Tchad, les membres de Médecins sans frontières (MSF) ont décidé de quitter la localité nigérienne de Maïné-Soroa, proche de Diffa. Ces derniers estiment que leur sécurité n’est plus garantie. 

Selon RFI, qui relaie l’information, « ce retrait fait suite à une attaque contre le bureau de MSF, à Maïné-Soroa, le 26 avril dernier, par des assaillants non identifiés. Un des gardiens du bureau de l’ONG fut alors légèrement blessé. (Dans les faits), cela faisait trois ans que l’organisation apportait une assistance médicale et humanitaire à la population locale ».

Sans surprise, cet incident pourrait être lié à l’activité du groupe terroriste sévissant largement au sud-est du pays et au nord-est du voisin nigérian. Pour autant, l’ennemi reste encore invisible et ne dit pas son nom. Une donnée de nature à inquiéter encore plus les militants de MSF, à l’image de Abdoul Aziz Mohammed, chef de mission au Niger :

Menace insidieuse 

« Depuis l’attaque, Médecins sans frontières a essayé de comprendre l’incident. Mais jusque-là, nous n’avons pas pu identifier qui a fait ça et pourquoi. Du coup, face à cette incertitude, nous nous sommes résolus à fermer le projet pour ne pas exposer nos staffs et nos opérations », a ainsi martelé l’intéressé.

Avant de poursuivre : « Il y a eu beaucoup d’actes qui ont eu lieu dans la zone – beaucoup plus que les mois précédents – et qui ont essentiellement ciblé d’autres ONG. Mais aussi beaucoup plus les populations. Nous savons (également) qu’il y a beaucoup de conflits, autres que celui de Boko Haram, qui sévissent dans cette zone-là. Et par conséquent, personne ne peut dire exactement qui commet tel ou tel acte. Par ailleurs, le fait que ce soit à une période où les maladies comme le paludisme et toutes les malades hydriques font leur apparition, c’est effectivement un coup dur pour les (civils)« .

A suivre…

Articles connexes :

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis le 24 août, 170 migrants partis du Sénégal dans des conditions de fortune stagnent sur un navire de la marine espagnole qui leur a portés secours en mer. Proche des côtes mauritaniennes, ce dernier demande en vain aux autorités locales de les accueillir puisque Madrid refuse également de le...
Un accord de compensation carbone pourrait voir le Libéria concéder 10% de son territoire à une entreprise privée émiratie, ce qui accorderait à l'Etat du golfe Persique des droits de pollution équivalents à la séquestration du carbone de la forêt, relaie Middle East Eye. Dans les faits, l'accord donnerait à...
Les autorités nigérianes poursuivent leur inlassable combat contre les détournements d'or noir effectués par des bandes organisées dans le delta du Niger. Selon RFI, "une nouvelle opération militaire dans la région de Warri a permis de détruire 14 réservoirs contenant des centaines de milliers de litres de produit raffinés illégalement....
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...