Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Présidentielle en Guinée-Bissau : le président sortant José Mario Vaz écarté

Ecarté de la prochaine présidentielle, le président sortant José Mario Vaz envisage de se présenter sous l’étiquette d’indépendant à la présidentielle du 24 novembre prochain. Et ce alors même que le Madem G-15, premier parti d’opposition, a choisi d’écarter José Mario Vaz lui préférant Umaro Sissoco Embalo.

A l’issue de son Congrès d’investiture le 9 août, Mouvement pour l’alternance démocratique (Madem), a choisi l’ex-Premier ministre Umaro Sissoco Embalo comme candidat à la présidentielle du 24 novembre prochain…plutôt que José Mario Vaz.

Alors qu’il avait exclu du Parti pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), José Mario Vaz s’était tournévers le Madem. Le Madem est né de la scission du parti historique pendant la crise avec Domingos Simoes Pereira. Cependant José Mario Vaz s’est vu opposé un refus de la part du Madem.

Comme le confirme son entourage, José Mario Vaz a alors envisagé de se présenter comme indépendant. «La décision a déjà été prise, il a accepté», confie-t-on auprès de l’AFP.

Le calendrier électoral a été modifié, le mandat du président prenant fin normalement le 23 juin. En juin dernier cependant un décret du président Vaz a fixé la présidentielle au 24 novembre, prolongeant ainsi d’une vingtaine de jours la date du 3 novembre, initialement prévue par la Commission nationale des élections (CNE). La CEDEAO avait fini par soutenir ce calendrier alors que les tensions montaient eu sein du pay. José Mario Vaz ne devant gérer que les «affaires courantes».

L’affrontement entre Vaz et Pereira depuis 2015 fait vivre au pays une crise politique majeure. Le PAIGC contrôle la majorité à l’Assemblée nationale via une coalition, alors que Aristides Gomes a été désigné Premier ministre pour sortir le pays dans l’impasse en attendant l’organisation de la présidentielle du 24 novembre.

La prochaine campagne présidentielle devrait donner lieu à la déclaration de nombre de candidats, dont plusieurs indépendants. Ainsi l’ancien Premier ministre Carlos Gomes Junior, écarté de la liste des candidatures au Madem se présente également.

Au PAIGC, alors que la candidature de Cipriano Cassama, actuel président de l’Assemblée nationale, semblait acquise, c’est Manuel Serifo Nhamadjo, ancien président de transition (2012-2014) qui représentera le parti. Pour l’heure c’est Domingos Pereira, qui attend sa désignation comme Premier ministre…

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le leader de l'Ira, mouvement politique qui lutte contre l'esclavagisme patenté en Mauritanie, est monté une nouvelle fois au créneau pour dénoncer une communication étatique à deux vitesses dans ce triste dossier. "Je suis d’accord avec le chef de l’Etat (Mohamed Ahmed El-Ghazouani) quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise...
La Mauritanie présente une singularité dans le monde arabe en attestant d'un taux de divorce oscillant entre 42 et 49 %, selon les estimations, bien que le gouvernement ne corrobore pas ces chiffres. Plus curieux encore, ce sont les femmes qui sont souvent à l'origine des ruptures.  D'après le site...
Une conférence de presse animée par l’association Les Victimes de Guillaume Soro (VGS) a eu lieu lundi 25 novembre 2019, à la Maison de la presse à Abidjan-Plateau. À cette occasion, le mouvement présidé par Kader Doumbia, ex-membre des Forces nouvelles (FN), a dénoncé les pratiques inorthodoxes de l’ex-secrétaire général des...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter