Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Commerce : lancement de PAPSS, la première plateforme panafricaine de paiement

Alors que se déroulait le Sommet de l’Union africaine à Niamey, la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) a annoncé la création de la première plateforme panafricaine de paiement, PAPSS.

Alors qu’elle était très attendue, la première plateforme dédiée au règlement des échanges intra-régionaux en Afrique a vu le jour. Du nom de PAPSS pour Pan-African Payment and Settlement System -en français qui signifie en français « Système panafricain de paiement et de règlement ».

Cette plateforme est mise en œuvre par la Banque africaine d’import-export (Afreximbank). Le président de la Banque, Bénédict Oramah et le président en exercice de l’Union africaine (UA) ainsi quele président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont officiellement lancé cette plateforme de paiement panafricaine.

PAPSS servira à interconnecter tous les acteurs du paysage des paiements -banques centrales, prestataires de services financiers, entreprises et utilisateurs finaux. Le PAPSS a pour fonction de relier le traitement, la compensation et le règlement des paiements commerciaux intra-africains. Le PAPSS permettra d’atteindre un objectif que toutes les entreprises africaines souhaitent atteindre : accélérer les échanges commerciaux intra-régionaux.

La plateforme devrait permettre d’interconnecter les transactions transfrontalières alors que le paiement pourra être effectué en monnaie locale.

Le lancement de PAPSS s’inscrit dans un agenda cohérent, au moment même du lancement de l’accord de libre-échange continental (Zleca). Le rapport 2019 de Afreximbank sur le commerce africain vient corroborer les bons signes sur le secteur du commerce. Les prévisions du commerce intra-africain sont excellentes et laissent augurer un taux de croissance de plus de 17%. Ce alors même que le commerce extra-africain ne progresse que d’environ 5%.

Toujours selon Afreximbank, les échanges commerciaux à l’intérieur du Continent montre un fort potentiel grâce à l’éclosion du digital. «Nous avons vu que cette digitalisation a des conséquences bénéfiques non seulement en termes de paiements, non seulement en termes de commerce, mais pourrait également jouer un rôle extrêmement important et de catalyseur dans le processus d’industrialisation de l’Afrique», a ainsi précisé Dr Hippolyte Fofack économiste en chef et directeur de la recherche et de la Coopération internationale.

Source : La Tribune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter