Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
« ECO » est le nom validé de la future monnaie unique de la CEDEAO

La future monnaie commune aux 16 pays de l’espace CEDEAO porterait le nom de Eco et serait lancée en 2020.

Adama Koné le ministre ivoirien de l’Economie et des Finances, l’ annoncé lors de la réunion ministérielle de l’institution sous-régionale, tenue lundi et mardi à Abidjan : « A l’issue des échanges, un consensus s’est dégagé sur la dénomination Eco comme monnaie unique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ». Il s’agit désormais de permettre aux différents chefs d’État et de gouvernement lors du sommet prévu à Abuja le 29 juin prochain, de donner leur avis.

Eco a devancé deux autres propositions Afri et Kola, sur l’ensemble des 13 propositions présentées aux ministres. Le choix reposait sur des critères préalablement définis lors de l’appel à projet, lancé il y a plusieurs mois : l’identité de la CEDEAO (40%), la signification (25%), la facilité de prononciation (20%) et la créativité (15%).

En ce qui concerne le symbole de la future monnaie, le ministre Adama Koné a précisé qu’aucun « accord n’a pu être trouvé et il a été recommandé d’approfondir les réflexions sur le symbole associé au nom Eco ».

Lors de la réunion ministérielle de l’institution sous-régionale réunisant les ministres des Finances et les gouverneurs de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), des banques de Guinée, du Ghana, de la Gambie, du Libéria, du Nigeria et de la Sierra Leone, (ces pays disposant de leurs propres monnaies nationales autres que le CFA qui appartient à la zone UEMOA) ; il s’agissait d’évalue, de vérifier les propositions et recommandations en présence. Le maître mot était en l’applicabilité de la monnaie unique.

Ont donc été passé en revue : la définition de l’état de la convergence macroéconomique, la mise en place d’un fonds spécial pour le financement, la feuille de route ainsi que le nom et le symbole de la future monnaie, et le choix du régime de change et le modèle de Banque centrale.

Source : La Tribune Afrique

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter