Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Côte d’Ivoire se mobilise pour l’avenir des enfants

Malgré une croissance au beau fixe et une stabilité politique retrouvée, la Côte d’Ivoire reste confrontée à d’importants défis, notamment les conditions de vie des enfants. Des acteurs de premier plan, tels que la Première Dame, Dominique Nouvian Ouattara, ou Koffi Victor, inspecteur d’éducation et directeur du Centre d’accueil de Soubré, ont décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Enquête.

Malgré des progrès considérables, la situation reste préoccupante pour certains enfants de Côte d’Ivoire. Si les problèmes nutritionnels des mineurs ont été dans l’ensemble jugulés, ils n’ont pas complètement disparu pour autant : le retard de croissance chez les moins de cinq ans est de 21,6 %, tandis que la malnutrition aiguë globale atteint 6 % au niveau national. L’accès aux soins et à l’instruction constitue également un enjeu majeur.

La préparation des enfants à l’entrée dans le cursus scolaires n’est pas systématique. Moins d’un enfant au CP1 sur cinq a fréquenté une classe préscolaire l’année précédente. En outre, près d’un enfant en âge d’être à l’école primaire sur quatre (23%) est déscolarisé. Cette proportion atteint 41 % chez les enfants en âge d’étudier dans l’enseignement secondaire. Enfin, d’après les chiffres de l’association Humanium, plus de 400 000 enfants sont orphelins à cause du sida et 16 000 enfants sont eux-mêmes contaminés chaque année par le virus.

Centres d’accueil pour les victimes et patronage de Dominique Nouvian Ouattara

Les autorités ivoiriennes sont conscientes du problème et communiquent régulièrement sur le sujet, notamment celui de la traite et de l’exploitation des enfants. Créé en 2011 et présidé par la Première dame de Côte d’Ivoire, Dominique Nouvian Ouattara, le Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS) a pour mission de suivre et d’évaluer les actions du gouvernement et des acteurs non gouvernementaux en la matière.

Militante infatigable de la lutte contre toutes les formes d’exploitation des enfants, Dominique Nouvian Ouattara est également à l’origine du Centre d’accueil pour enfants en détresse de Soubré, dans le sud-ouest du pays. Le centre a en effet été construit en 1998 par la fondation Children of Africa, créée et présidée par la Première dame.

« Redonner de l’espoir aux victimes »  

Le Centre de Soubré constitue une réponse au problème de l’accueil et de la prise en charge des enfants exploités. « Effectivement, des structures offrent des kits scolaires et des dons pour les enfants, mais, pour les enfants victimes, il n’y a aucune structure en Côte d’Ivoire. Jusqu’ici, avant l’inauguration du centre de Soubré, les enfants étaient référés dans les structures non étatiques », souligne Koffi Victor, inspecteur d’éducation spécialisé depuis 18 ans et directeur du Centre d’accueil de Soubré. « La première dame a voulu régler le problème à travers la fondation Children of Africa, en bâtissant ce temple de Soubré. Le projet vise trois centres d’accueil. Il y a Soubré, Bouaké et Ferkessédougou », ajoute-t-il dans une interview accordée à Soir Info.

En effet, le 4 octobre dernier ont été lancés les travaux de construction du centre d’accueil pour les enfants en difficulté de Bouaké, la capitale de la région du Gbêkê (centre). Ce second centre, qui devrait voir le jour dans quelques mois, revêt une importance particulière, car la ville de Bouaké est une plaque tournante de la traite et de l’exploitation des enfants.

Pour la fondation Children of Africa, la construction de ces centres d’accueil est indispensable afin de « redonner de l’espoir et de l’attention aux enfants victimes, mais également d’enseigner un nouveau mode de vie aux communautés productrices de cacao, dans le respect des droits des enfants et de la loi du travail ».

On estime qu’entre 300 000 et 1 million d’enfants travaillent dans les plantations de cacao en Côte d’Ivoire. Alors que le pays est le premier producteur mondial de fèves, la Côte d’Ivoire doit trouver des solutions pérennes afin de protéger son industrie tout en préservant la santé et les conditions de vie de ses jeunes.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le roi du coupé-décalé, décédé le 12 août dernier dans un accident de moto, a été salué comme il se doit par ses pairs. L'ivoirien DJ Arafat aura inspiré toute une génération d'artistes, à l'image de Safarel Obiang, star montante de la discipline. "Le vieux, tu m’as tué, je suis...
La période de soudure, qui sépare chaque année deux périodes de récolte, ainsi que l'insécurité croissante sur le territoire burkinabè, pourraient avoir des effets désastreux à court terme sur la population, confirme le Programme alimentaire mondial (PAM*).  Un état de fait que le porte-parole de l'institution onusienne, Hervé Verhoosel, a...
Le groupe terroriste, shebab, s'est à nouveau distingué en frappant mercredi une base militaire de la Mission africaine en Somalie (Amisom), située à 70 kilomètres au sud de Mogadiscio. Dans les faits, les djihadistes ont d'abord fait explosé plusieurs véhicules au abord du site de de Awdheegle, avant de tirer...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter