Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Togo  de Gnassingbé souhaite adhérer au Commonwealth

A Londres durant la semaine, le chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé a confirmé la volonté de son pays de faire partie du Commonwealth.

Au cours de l’« Annual Debate 2019 », une rencontre organisée par Chatham House avec comme invité d’honneur le président togolais Faure Gnassingbé, les volontés togolaises d’adhérer au Commonwealth ont été confirmées.

En effet depuis 2014, le petit pays de l’Afrique de l’Ouest et ses 7 millions d’habitants  s’est lancé dans le processus d’adhésion à l’organisation intergouvernementale.

Le député britannique Andrew Rosindell s’est exprimé lors la rencontre londonienne : «C’était pour nous et les représentants du secteur privé britannique un grand privilège d’échanger avec le chef de l’Etat togolais. Le Togo devrait adhérer au Commonwealth, le président l’a d’ailleurs dit ». Il est important que le Togo devienne membre du Commonwealth pour des raisons stratégiques.

Pour le Royaume-Uni le Togo est un partenaire stratégique avec lequel le pays développe des accords bilatéraux a déclaré Rosindel : «Nous avons discuté d’autres enjeux et des moyens d’accroître les échanges. Le Togo représente un partenaire formidable du Royaume-Uni, et nous sommes là pour renforcer les liens qui existent déjà entre les deux pays».

Le Togo souhaite affermir ses liens avec le Royaume-Uni, et intégrer le Commonwealth en raison de souhait de diversification de ses partenaires économiques de l’Etat en sortant de l’espace francophone.

En février et juin 2017 les procédures d’adhésion ont été initiées par le Togo. Le pays a envoyé alors deux missions de travail afin d’évaluer les critères de la participation du pays à l’espace  Commonwealth. Cette mission avait échangé avec des institutions telles que la Cour constitutionnelle, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH).

Les échanges entre les différentes institutions de la République togolaise et les missions du Commonwealth sont primordiales car le Togo doit être évalué dans divers domaines, dont le domaine  de démocratie, de droits de l’homme, de la non-discrimination de la liberté d’expression et de la séparation des pouvoirs.

Source : La Tribune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Nigeria veut contraindre les sociétés pétrolières et gazières à régler les impayés cumulés sur plusieurs décennies. Cette démarche marque la volonté du gouvernement d’accélérer les réformes visant à augmenter les recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures. Et ceci afin de financement le programme national de développement. Le Nigéria réclame...
C’est en 2019 que le mandat des conseillers départementaux et municipaux élus en 2014 prend fin. Cependant le gouvernement sénégalais a décidé de allonger la durée de leur mission pour une année supplémentaire. Ce report est le fruit d’un consensus de la classe politique alors que les modalités d’organisation et...
Le nouveau prix d’achat du cacao bord champ pour la campagne 2019-2020 est en hausse par rapport à la précédente campagne. Il est de 825 FCFA contre 750 FCFA précédemment. Soit une hausse de 75 FCFA. Toute chose qui devrait réjouir les producteurs, mais au contraire ces derniers ont le...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter