Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nouveau projet logistique au Nigéria qui mise sur ses voies navigables

Avec le projet Sealink, le Nigeria mise sur ses voies navigables. La Banque nigériane d’import-export (NEXIM Bank) contribue à la promotion de la connectivité, de la logistique et la stimulation de la compétitivité du commerce nigérian au niveau régional et mondial. 

En collaboration avec le régulateur NIWA, NEXIM Bank participe au projet Sealink conçu pour réduire les fragilités logistiques du Nigéria.

Ainsi la banque nigériane d’import-export, l’Autorité nationale des voies navigables et la Sealink Promotional Company signent un protocole d’accord pour améliorer la logistique, la connectivité et le commerce du Nigéria avec le reste du monde.

Selon les dires de Abba Bello, le  directeur général de NEXIM, le projet Sealink a été conçu pour réduire la fracture logistique et combler le manque d’infrastructures et de transport maritime entre les régions de la CEDEAO et de la CEMAC. Sealink doit  pouvoir promouvoir les opérations sur les voies navigables intérieures afin de faciliter l’intégration régionale et le commerce, et ce en réduisant les coûts logistiques.

L’accord se présente sous la forme d’un partenariat public-privé afin d’attirer les investisseurs du secteur privé.

Le Nigéria nouveau a pour objectif de diversifier l’économie, afin notamment de moins dépendre des ses exportations de pétrole. Selon le DG de NEXIM Bank, en participant au projet régional Sealink, l’établissement cherche à contribuer à l’amélioration de la connectivité commerciale du pays. La connectivité commerciale est une étape décisive dans la stratégie d’exploitation des ressources naturelles, et ce pour la diversification économique. Ainsi l’optimisation des infrastructures maritimes devrait permettre d’accroître les exportations des produits miniers. Et par voie de conséquence, accroître également le PIB.

Le Nigeria ambitionne via ce projet de créer une économie compétitive à l’échelle mondiale. Cela devrait à terme améliorer le classement du Nigeria dans le classement doing business de la Banque mondiale, et accroître également l’indice de performance logistique (IPL).

«En termes de valeur, il est prévu que la signature de ce protocole d’accord favorise les opérations de navigation pour le commerce dans l’arrière-pays, le transit et les zones côtières, en particulier pour les cargaisons. Ce qui fera passer les recettes annuelles des exportation non pétrolières de 500 millions de dollars actuellement à 1,2 milliard de dollars par an », a ainsi déclaré Abba Bello le directeur général de NEXIM.

Source : La Tribune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Nigeria veut contraindre les sociétés pétrolières et gazières à régler les impayés cumulés sur plusieurs décennies. Cette démarche marque la volonté du gouvernement d’accélérer les réformes visant à augmenter les recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures. Et ceci afin de financement le programme national de développement. Le Nigéria réclame...
C’est en 2019 que le mandat des conseillers départementaux et municipaux élus en 2014 prend fin. Cependant le gouvernement sénégalais a décidé de allonger la durée de leur mission pour une année supplémentaire. Ce report est le fruit d’un consensus de la classe politique alors que les modalités d’organisation et...
Le nouveau prix d’achat du cacao bord champ pour la campagne 2019-2020 est en hausse par rapport à la précédente campagne. Il est de 825 FCFA contre 750 FCFA précédemment. Soit une hausse de 75 FCFA. Toute chose qui devrait réjouir les producteurs, mais au contraire ces derniers ont le...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter