Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Banque du Ghana fait le ménage dans les licences d’institutions de microfinance

La Banque du Ghana vient de décider de supprimer la licence de 347 d’institutions de microfinance. L’objectif est de préserver la stabilité du système financier du pays et protéger les épargnants.

 Plusieurs centaines d’institutions de microfinance viennent de perdre leur licences au Ghana. La Banque du Ghana (Bank of Ghana, BoG) a en effet décidé de sanctionner plusieurs centaines d’institutions de microfinance. Ainsi la Banque du Ghana a annoncé dans cette semaine la révocation de 347 licences d’institutions de microfinance.

Cette décision est d’ores et déjà en vigueur et ce depuis la fin du mois de mai. Cette décision lourde est la conséquence de constats faits quand à la situation et le comportement de certains opérateurs. En effet la Banque du Ghana a observé que 192 de ces institutions de microfinance étaient insolvables alors que  155 autres avaient cessé leurs activités. Et ce bien avant même l’annonce de la réforme du secteur.

Selon la Banque centrale, ces institutions présentent une menace pour la stabilité du système financier. La Banque du Ghana a déclaré que sa démarche vise à «préserver la stabilité du système financier, protéger les déposants affectés et sauver les fonds des déposants».

«La révocation des licences de ces institutions a pour but de supprimer les institutions insolvables et dormantes qui n’ont aucune perspective raisonnable de réhabilitation et qui empêchent les déposants d’accéder à leurs dépôts, constituant ainsi une menace pour la stabilité du système» précise encore la Banque centrale dans le communiqué de presse.

La Banque a également pris des mesures pour sauvegrader et assainir le système de microfinance ghanéen. A cet effet elle a nommé Eric Nana Nipah, un expert à la longue expérience dans les bonnes pratiques financière au Ghana comme séquestre des sociétés de microfinance.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bien que seuls 16% des Gambiens utilisent actuellement les réseaux sociaux, l'avenir politique du pays pourrait bien se jouer en ligne. Et pour cause, les heureux élus font partie de la sphère locale la plus influente. A ce titre, l'application WhatsApp qui appartient au géant américain, Facebook, illustre parfaitement ce...
L’opposition a animé une conférence de presse, hier lundi 26 octobre, à quelques jours de la tenue du scrutin présidentiel prévu le 31 octobre. Nous vous proposons ci-dessous les propos liminaires de Pascal Affi N’guessan, le porte-parole de la plateforme des partis politiques de l’opposition. Chers amis de la presse, Mesdames et...
Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...