Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigéria : promesse de campagne tenue pour Buhari qui augmente le salaire minimum de 67%

Au Nigéria, le président Muhammadu Buhari a annoncé qu’une loi sur le salaire minimum fixe désormais celui-ci à 30 000 nairas, alors qu’il s’élevait jusqu’à maintenant à 18 000 nairas. A noter que seules les entreprises de moins de 25 salariés seront exemptées de la hausse.

 Le président Muhammadu Buhari tient ses promesses de campagne. Ainsi au Nigéria, les entreprises ne pourront plus verser un salaire inférieur à 30 000 nairas (environ 83 dollars). La loi que le président a voulu, est entrée en vigueur le jeudi 18 avril. Et ce peu de temps après que la signature du président Muhammadu Buhari y soit apposée. Le salaire minimum subit donc une augmentation de près de 67% salaire minimum qui était jusque-là de 18 000 nairas (environ 50 dollars).

 La loi a été élaborée de telle manière qu’elle tient compte de la taille des entreprises. Ainsi elle ne s’applique pas aux entreprises présentant des effectifs de moins de 25 personnes. La loi donne le droit aux travailleurs de poursuivre les employeurs qui contreviendraient à cette nouvelle disposition salariale. Les travaillerus pourront alors récupérer le solde dû. La Commission nationale des revenus et des salaires et le ministère du Travail sont responsables de l’application de la loi sur toute l’étendue du territoire.

Si cette avancée était très attendue par les travailleurs nigérians, notamment depuis les annonces faites par le candidat Muhammadu Buhari lors de la campagne présidentielle ; il demeure des interrogations quant à la capacité de l’Etat à assurer le coût financier que cela signifie pour le secteur de la fonction publique. Rappelons que le pays sort à peine d’une crise du pétrole sévère et dont l’économie est largement tributaire.

Si cette nouvelle mesure est une avancée sociale, il n’en demeure pas moins que d’aucun gardera à l’esprit que le Nigéria voit une grande partie de son économie s’exercer au sein du secteur informel. Par conséquence, les travailleurs du secteur informel n’ont que faire de cette nouvelle mesure.

Source : La Tribune Afrique.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’année scolaire 2018-2019 en Côte d’Ivoire a été marquée par plusieurs dysfonctionnements, notamment les grèves intempestives mal gérées par le gouvernement, et des fraudes sans précèdent aux examens de fin d’année. À quelques jours de la nouvelle rentrée scolaire 2019-2020, il est bon de tirer la sonnette d’alarme, afin qu’une...
Le ministère de l’Alimentation et de l’agriculture du Ghana et Groupe OCP ont signé des accords portant sur les activités agricoles, la cartographie des sols et l'innovation dans le secteur agricole.  La signature des accords entre le Ghana et le groupe OCP marocain ont eu lieu en marge de l’African...
Comme la plupart des dirigeants dans le monde ; les dirigeants africains observent de près le développement de l’intelligence artificielle. Cependant une étude de PwC confirme que ces mêmes dirigeants sont prêts à investir dans ce secteur dés maintenant. Le cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) vient de publier le jeudi 5 septembre les...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter