Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Côte d’Ivoire ordonne la destruction de 18 000 tonnes de riz non conforme, d’origine birmane

A partir du 16 avril ce sont  18 000 tonnes de riz avarié d’origine birmane qui seront détruites. C’est le gouvernement ivoirien  qui a ordonné la destruction de la cargaison de riz arrivé au port d’Abidjan en mars dernier , en provenance de la Birmanie. 

Le riz débarqué par le navire Ocean Princess en provenance de la Birmanie sera détruit au Centre de valorisation et d’enfouissement technique de Kossihouen, à l’ouest de la capitale ivoirienne.

Les 18 000 tonnes de riz avarié d’origine Birmane, en provenance d’Asie, sont arrivées entre le 11 au 18 mars au port d’Abidjan.  La cargaison a été saisie quelques jours après son débarquement : «Le ministre du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME a procédé, le 30 mars dernier, à la saisie réelle et à la mise sous scellés, en vue de destruction, de la cargaison des 18.000 tonnes de riz d’origine birmane déchargée au Port autonome d’Abidjan du 11 au 18 mars 2019 par le navire Océan Princess, en provenance d’Asie » a déclaré le ministère.

Ce riz a été jugé impropre à la consommation et «sera détruit pour non-conformité à la norme ivoirienne-Codex Stan 198-1995 rendue d’application obligatoire par le décret n°2016-1152 du 28 décembre 2016». Ainsi constat a été fait que  le riz saisi ne répond pas aux normes ivoiriennes. Souleymane Diarrassouba, le ministre ivoirien du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME a informé «les populations et les associations de consommateurs du démarrage effectif de l’opération de destruction de ce stock de riz à compter de ce mardi 16 avril au Centre de valorisation et d’enfouissement technique de Kossihouen qui a ouvert ses portes récemment».

Cette opération «  riz propre » intervient alors même que  la Côte d’Ivoire s’est engagée à augmenter la production nationale du riz. Et ce notamment en créant l’Agence pour le développement de la filière riz (Aderiz) qui s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de développement de la riziculture (SNDR) 2012-2020. Le gouvernement ivoirien ne cache pas ses ambitions en matière de filière-riz et souhaite accroître la production de 1,4 million de tonnes en 2016 à 2 millions de tonnes, la production de riz blanchi, d’ici 2020.

Source : La Tribune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lors de la 113e session ordinaire réunie à Cotonou au Bénin, le Conseil d'administration de la Banque ouest-africaine de développement a donné son aval au sujet du financement de 11 projets de développement à destination de 6 pays de la zone UEMOA.  Le montant global des sommes engagées pour 11 projets...
La future monnaie commune aux 16 pays de l'espace CEDEAO porterait le nom de Eco et serait lancée en 2020. Adama Koné le ministre ivoirien de l'Economie et des Finances, l’ annoncé lors de la réunion ministérielle de l'institution sous-régionale, tenue lundi et mardi à Abidjan : « A l'issue des...
Après la victoire difficile hier du Maroc sur la Namibie (1-0), les Éléphants entrent en piste aujourd'hui contre l'Afrique du Sud dans le groupe D de la CAN 2019. Ces derniers ne manquent pas d'ambition et comptent reprendre le trône africain, obtenu de haute volet en 2015. "Alors que la...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter