Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Maison Blanche veut rapidement placer son poulain à la tête du Venezuela
Drapeau vénézuélien

Confronté à une crise socio-économique sans précédent, le Venezuela est au bord du gouffre politiquement mais aussi diplomatiquement. Face à ce marasme, Américains et Russes se disputent la part du lion.

Les Etats-Unis militent en effet contre vents et marées pour pouvoir installer l’opposant Juan Guaido au sommet de la pyramide vénézuélienne. Et cela, en lieu et place du président en place, Nicolás Maduro.

En conséquence, le vice-président américain, Mike Pence, a pris les devants dans ce dossier en demandant mercredi à l’ONU de reconnaître Juan Guaido comme le seul et unique dirigeant légitime du géant sud-américain. Néanmoins, cette hypothèse reste peu crédible pour le moment puisque Maduro est soutenu parallèlement par Moscou.

Un air de guerre froide

Ce coup de poker diplomatique n’est d’ailleurs pas passé inaperçu du côté de Caracas puisque le maître des lieux a tenu à remettre les points sur les i lors d’une allocution télévisée tenue le même jour :

“Aujourd’hui, le vice-président des Etats-Unis s’est ridiculisé au Conseil de sécurité des Nations unies. Je ne comprends pas son arrogance, sa suffisance, son suprémacisme racial. Menacer le Venezuela au Conseil d’une invasion militaire, cela ne s’était jamais vu auparavant”, a ainsi martelé l’intéressé… Qui accuse Washington de lorgner sur les réserves nationales d’or noir. Les plus importantes du globe.

Pour information, le Kremlin est l’un des principaux créanciers du Venezuela. Un changement de leadership à la tête du pays ne fait donc pas les affaires de Vladimir Poutine, c’est un euphémisme. En conséquence, la Russie a décidé d’accélérer dans ce dossier en envoyant récemment à Caracas deux avions transportant une centaine de militaires et 35 tonnes de matériel. Logiquement, Donald Trump a immédiatement appelé les troupes russes à quitter le territoire.

Un nouvel épisode de la guerre froide est-il en train de s’ouvrir ?

Crédit photo : Pixabay

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...