Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Ghana : nouvelles mesures pour doper l’attractivité

Le Ghana s’est identifié un nouvel objectif : intégrer le top 100 mondial et le top 5 africain du Doing Business de la Banque mondiale.

 Le Ghana vient d’enclencher une série de mesures permettant d’affermir son environnement des affaires. Il s’agit de faire du Ghana une terre plus propice à l’investissement privé local et étranger. Tous les aspects du business local sont impactés par une série de mesures, principalement la création d’entreprise, l’obtention de permis de construire, l’obtention de l’électricité, les échanges transfrontaliers ou encore la résolution des cas d’insolvabilité.

« Ces réformes sont une nouvelle preuve de la volonté du gouvernement d’éliminer les obstacles qui empêchent depuis longtemps les entreprises ghanéennes de réaliser tout leur potentiel. Notre objectif est de libérer l’esprit d’entreprise ghanéen et d’ouvrir nos portes au monde », a déclaré le vice-président ghanéen, Mahamudu Bawumia.

Au sein du classement Doing Business de la Banque mondiale, le Ghana a gagné six places en 2019 pour se situer 114ème et 13ème africain et leader en Afrique de l’Ouest. Le pays ambitionne dorénavant de se placer vise dans le top 100 mondial et la top 5 africain actuellement occupé par le Rwanda (29ème), le Maroc (60ème), le Kenya (61ème), le Tunisie (80ème) et l’Afrique du Sud (82ème). Le Ghana compte notamment sur ses importantes ressources naturelles -tant agricoles (cacao…), minières (or, …) qu’énergétiques (pétrole, gaz,…) pour transformer son paysage économique. Objectif : se hisser en centre d’affaires leader dans la sous-région ouest-africaine.

En 2018, le Ghana pouvait déjà se prévaloir de bons résultats. Le pays était parvenu à attirer plus de 3,5 milliards de dollars d’investissements directs étrangers (IDE) en 2018, contre 3,32 milliards de dollars l’année précédente. Les secteurs concernés étaient principalement ceux des services, des BTP, de l’agriculture, du commerce et de l’industrie manufacturière.

Même si la Chine reste le premier investisseur, notamment dans les infrastructures, et les mines ; de nombreux investisseurs sont attirés par les potentiels du Ghana. A l’instar des Néerlandais dont une délégation composées d’acteurs du public et du privé, pour explorer les opportunités d’investissement dans l’horticulture.

Le tourisme est également un secteur d’avenir et les opérateurs ne s’y trompent pas. Le Ghana apparaît comme un marché stratégique pour les géants hôteliers mondiaux comme Accor-Hotels et Marriott qui ont de grands projets au sein du pays.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En 2050, 60 % de la population africaine résidera en métropole, contre 39 % aujourd'hui, d'après l'ONU-Habitat. La smart city, ou ville intelligente, est un concept qui apparaît alors comme un des moyens d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD). Le scénario qui se dessine est le suivant : une croissance de plus...
Le 14 février l'Egypte a confirmé le diagnostic :  un cas de contamination au coronavirus désormais appelé Covid-19 a été identifié et a été immédiatement hospitalisé et mis en quarantaine. Le cas en présence est un « étranger » qui ne présente cependant aucun symptôme grave. Il a pourtant bien été diagnostiqué comme...
Alassane Ouattara a décidé de modifier la Constitution, à moins d’un an des prochaines échéances électorales qui mettent en principe fin à ses deux mandats au pouvoir d’État. Va-t-il se représenter à sa propre succession ou va-t-il passer le flambeau ? Pour l’instant, le président du Rassemblement des Houphouétistes pour...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter