Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : relance de la campagne électorale dans un climat tendu

En raison du report de la date des élections au 23 février, la Commission électorale nigériane indépendante (INEC a décidé d’accorder trois jours supplémentaires aux candidats pour les élections présidentielles, législatives et sénatoriales.

 Le Nigéria, première économie du Continent vit une crise politique pré-électorale. En effet depuis l’annonce du report d’une semaine des élections, présidentielle, législatives et sénatoriales les inquiétudes sont vives dans chacun des camps qui s’opposent. Les deux candidats favoris à la présidentielle, s’accusent de tentatives de fraudes et montrent leur scepcticisme quand à la capacité de la Commission à garantir la transparence du scrutin.

La Commission électorale indépendante (INEC) a décidé lundi 19 février, d’accorder un délai supplémentaire pour faire campagne. Les candidats et partis bénéficient donc de trois jours pour convaincre les électeurs. Ce sont 84 millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales qu’il s’agit de remobiliser avant le samedi 23 février.

L’INEC par la voix de son président Mahmood Yakubu, assume ce report en invoquant des problèmes logistiques alors que les deux partis majeurs se rejettent mutuellement la faute. Le PDP de l’ancien vice-président Atiku Abukar accuse le camp du président sortant de vouloir retarder le scrutin afin de « conserver le pouvoir ». Muhammadu Buhari quand à lui est critique envers l’INEC. Il assure qu’il ne tolérera aucune tentative de fraude ou de sabotage des élections.

Le président-candidat lors d’une intervention d’urgence au sein de son parti le lundi 18 février a expliqué que « la commission électorale nationale a eu tout le temps qu’elle voulait et toutes les ressources nécessaires afin d’organiser le scrutin dans les délais ».

Le chef de l’Etat sceptique s’interroge sur la durée (au moins 6 heures) qui a été nécessaire pour annuler les élections avant l’ouverture des bureaux. Il s’interroge sur les raisons de cette annonce tardive et précipitée de l’INEC.

«Il est clair que les raisons pour lesquelles une telle incompétence se manifeste doivent être expliquées à la nation. Après les élections, nous devons savoir exactement ce qui s’est réellement passé » a déclaré Muhammadu Buhari.

Muhammadu Buhari par le truchement de cette intervention a mis en garde contre toutes tentatives de perturbations du processus électorale. Il a ainsi annoncé qu’il a déjà fait appel aux forces de défense et de sécurité qu’il a mandaté pour se montrer ferme.

« J’ai déjà ordonné à la police et à l’armée d’être sans pitié. Nous ne serons pas blâmés ou tenus pour responsables de vouloir truquer ces élections. Tout celui qui pense avoir assez d’influence dans sa localité pour commander des voyous à voler des urnes ou perturber le scrutin, le fera aux dépens de sa vie » a ainsi déclaré le président sortant.

La réplique du PDP fut immédiate. Un communiqué a dénoncé « une menace pour les nigérians et un appel direct à une justice de jungle ». Bien que l’APC et le PDP exhortent à l’apaisement, la tension demeure plusieurs régions du pays le plus peuplé de l’Afrique. Et ce alors même que des menaces sécuritaires sont toujours d’actualité puisque est constatée la reprise des hostilités de la secte Boko Haram dans le nord-est du pays. L’armée a déclaré que dans un contexte de tensions tel que celui-ci elle mettra tout en œuvre pour maintenir la sécurisation du processus.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que 46 militaires sont retenus par les autorités de Bamako depuis le 10 juillet ; la médiation ouest-africaine semble avoir porté ses fruits, pour une libération prochaine. La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a rencontré le jeudi 29 septembre le chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, afin d’avancer...
La Confédération africaine de football a conclu que les infrastructures et les équipements ne seront pas prêts 2025, année de l’événement. Il en a été décidé ainsi : la Guinée n’accueillera pas la Coupe d’Afrique des nations (CAN) en 2025. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, s’est...
226 000 passagers ont été enregistrés dans les aéroports du Cap-Vert au mois d'août 2022. Une donnée démontrant que la reprise touristique post-crise Covid se poursuit doucement mais surement sur l'archipel. Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, les données attestent d'un "flux de 167 279 passagers internationaux et 58 719...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...