Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Niger : la biométrie au service du recensement des fonctionnaires et étudiants boursiers

Le Niger innove et met en place une campagne de recensement des fonctionnaires et des étudiants boursiers via la technologie de la biométrie. L’opérateur mandaté pour effectuer cette campagne est identifié. Il sera en charge du développement d’une base de données nécessaire pour l’opération.

Afin de procéder à une nouvelle campagne de recensement, le Niger fait appel à la biométrie. Le rapport du dernier Conseil des ministres du vendredi 15 février précise qu’une entreprise est mandatée pour assumer le « développement d’une base de données biométrique d’identification et de la conduite d’une opération de recensement biométrique des agents de l’Etat et des étudiants bénéficiaires de bourses et d’aides sociales ».

Ce nouveau partenaire est l’entreprise SUPERTECH Limited qui est une entreprise du Ghana. La société apportera son appui technique durant 18 mois dont 4 mois seront consacrés aux opérations de recensement. Le budget se monte à 3 milliards de francs CFA hors taxe. SUPERTECH Limited a ainsi remporté l’appel d’offres qui avait été lancé à un niveau international et qui s’était déroulé en deux étapes de sélection.

Le recensement qui s’annonce vient répondre à une préoccupation récurrente des autorités. En effet des opérations de contrôles par le passé ont permis d’identifier nombre d’anomalies et autres irrégularités. L’objectif est donc de maîtriser la masse salariale ainsi que l’enveloppe des bourses.

Le recensement annoncé est le second en l’espace d’un an. En effet déjà en avril 2018, le gouvernement avait lancé un recensement avec l’aide de la Banque mondiale. A l’époque la première opération de recensement biométrique concernait des agents de la fonction publique, les contractuels de la santé et de l’éducation, les étudiants boursiers et ceux bénéficiant de l’aide sociale ainsi que les Appelés du Service civique national (ASCN).

Nouvelle opération donc afin de mieux maîtriser la masse salariale publique et donc le budget de la fonction publique ainsi que les aides publiques pour les étudiants boursiers. C’est donc dorénavant un opérateur privé qui sera responsabilisé sur cette mission qui devrait permettre de réduire le nombre de fraudes.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En Côte d'Ivoire la Plateforme nationale de coordination du financement de la santé ( PNCFS) verra le jour le 18 juillet à Abidjan. Durant le mois de juillet la Côte d’Ivoire va lancer sa nouvelle Plateforme nationales de coordination du financement de la santé ( PNCFS). Cette structure sera dotée...
La Côte d’Ivoire et le Ghana se sont entendus pour assurer un revenu minimum à leurs producteurs de cacao. Une politique volontariste de la part du premier producteur mondial qui s’exprime également à travers un nouveau plan de lutte contre le travail des enfants. Deux évènements qui prouvent que, s’il...
1600 tonnes, ce chiffre représente la surface hallucinante de déchets que comporte la capitale malienne. Mais aussi l'incapacité des pouvoirs publics à assurer la propreté et l'assainissement urbains. La situation est d'autant plus critique, que la période des pluies renforce les mauvaises odeurs et empêche l'eau de circuler normalement. Ce...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter