Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Report des élections présidentielle, législatives et sénatoriales au Nigéria  

Après le report des différentes élections prévues pour le 16 février, la commission électorale a mis en avant des problèmes de logistiques. La nouvelle échéance est prévue pour le 23 février. Ce report de dernière minute a suscité de nombreuses réactions, oscillant entre inquiétude et indignations.

 Au Nigéria, le samedi 16 février, 84 millions étaient appelés aux urnes pour un scrutin à enjeux, puisque les citoyens devaient choisir leur président, députés et sénateurs. Moins de 5H00 après l’ouverture des bureaux, le scrutin a été reporté au samedi 24 février. Le report est justifié par la commission électorale nationale indépendante (INEC) « A la suite d’un passage en revue de tous les problèmes logistiques et notre plan opérationnel pour organiser des élections libres, transparentes et crédibles, la Commission en est arrivée à la conclusion qu’organiser ces élections dans les temps indiqués n’était plus possible ». Le président de l’INEC Mahmood Yakubu a ainsi expliqué le report et a rencontré dés le samedi l’ensemble des acteurs engagés dans le processus.

La perplexité est de mise alors que les doutes s’installent quand à la capacité de la commission à garantir un processus électoral régulier et transparent. Muhammadu Buhari le président sortant et candidat du Congrès des Progressistes (APC) s’ext exprimé, manifestant sa déception : «Malgré la longue période de préparation qui lui était donnée, l’INEC a reporté les élections présidentielles et législatives, quelques heures avant son commencement». «J’appelle tous les Nigérians à se contrôler et à rester calmes, patriotes, et unis pour empêcher tout complot ou tentative de mettre en péril notre démocratie».

L’opposition n’a pas manqué de s’exprimer également. L’ancien vice-président Atiku Abubakar, candidat du Parti populaire démocratique (PDP) a implicitement accusé le pouvoir d’être responsable de l’échec de cette journée d’élections : «Ne réagissez pas à cette provocation avec colère, de la violence ou toute autre réaction qui pourrait bénéficier à ceux qui ne souhaitent pas voir les élections se dérouler comme prévu !» a ainsi exhorté Atiku Abubakar. Celui-ci dans un enthousiasme lyrique s’est adressé au président actuel «Vous pouvez retarder une élection, mais vous ne pouvez pas retarder le destin», a ainsi déclaré Atiku Abubakar.

Le pouvoir actuel n’a pas manqué de réagir en rappelant qu’en 2011 et en 2015 alors que le PDP était au pouvoir, les élections furent reportées de plusieurs semaines pour des raisons de sécurité. Néanmoins, l’INEC a pourtant tenu à assumer sa seule responsabilité dans ce couac de taille.

Et c’est le spectre d’une crise post-électorale qui apparaît au risque de plomber les ambitions de croissance du Nigéria, première économie du continent. «Peu importe qui gagne, il est maintenant beaucoup plus probable que le perdant contestera le résultat et soutiendra que l’élection a été compromise parce que des matériaux sensibles sont disponibles», a déclaré Bismarck Rewane, économiste et PDG du cabinet de conseil Finance Derivatives.

Les instances internationales quand à elle se sont mobilisées. Afin de calmer les esprits, les missions d’observation de l’Union européenne (UE), de l’Union africaine (UA), de la CEDEAO ont exhorté les Nigérians «à rester calmes et à soutenir le processus électoral».

Le report a des conséquences immédiates qui bénéficient au terrorisme. Ainsi la secte Boko Haram a intensifié ses attaques dans le nord-est du pays et au Niger voisin. L’objectif est d’empêcher la tenue du scrutin dans les zones où elle est active.

Dans le même temps, l’opinion publique est dans l’expectative, s’étonnant qu’un pays comme le Nigéria ne puisse organiser avec rigueur des élections.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...